PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "MARIE FRANCE visite BARDOT"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Jeu 11 Aoû - 21:17



© Xavier San Juan
(2008)



Nouvelle page


(mise en ligne ce jeudi 11 août au soir)


"2011 :
soyez les producteurs
du nouvel album
de PHANTOM FEATURING MARIE FRANCE"


sur ce lien :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/2011--d--soyez-les-producteurs-du-nouvel-album-de-PHANTOM-Featuring-MARIE-FRANCE-.-.htm



© Richard Dumas
(2007)
Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Dim 23 Oct - 13:52



Nouvelle page


« Comptes rendus détaillés

de la séance cinéma spéciale MARIE FRANCE
(samedi 8 octobre)

et de la cérémonie de clôture du festival "CHERIES CHERIS"
(dimanche 16 octobre),

avec MARIE FRANCE dans le jury,

au FORUM DES IMAGES (Paris) »


sur ce lien :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Comptes-rendus-detailles-de-la-seance-cinema-speciale-MARIE-FRANCE--k1-8-octobre-2011-k2--et-de-la-soiree-de-cloture-de--g-CHERIES-CHERIS-g---k1-16-octobre-2011-k2-%2C-avec-MARIE-FRANCE-dans-le-jury%2C-au-FORUM-DES-IMAGES--k1-Paris-k2--.-.htm






Ci-dessus :
la présidente du festival "CHERIES CHERIS"
et le jury catégorie "longs métrages".

De gauche à droite, debout :
PASCALE OURBIH (présidente),
XAVIER LEHERPEUR,
PASCAL CERVO,
URSULA DEL AGUILA.
Assises : MARIE FRANCE
et BLANCA LI.


(© Kael Block,
16 oct. 2011)
Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Dim 6 Nov - 22:03



Nouvelle page spéciale,
avec chronique détaillée,


« MARIE FRANCE
dans le court métrage "THE NAMELESS SPECTACLE"
de JESPER JUST,

dans le cadre de l'expo "THE UNKNOWN SPECTACLE"
du 21 octobre 2011 au 5 février 2012
au MAC/VAL de Vitry-sur-Seine »


sur ce lien :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-dans-le-court-metrage--g-THE-NAMELESS-SPECTACLE-g---k1-2011%2C-avec-SWANN-ARLAUD-k2--de-JESPER-JUST%2C-dans-le-cadre-de-l-h-expo--g-THIS-UNKNOW-SPECTACLE-g--du-21-octobre-2011-au-5-fevrier-2012%2C-au-MAC-VAL-de-Vitry-sur-Seine--k1-94-k2--.-.htm


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Mer 21 Déc - 19:01



© Richard Dumas




“KISS”,
le nouveau CD rock'n'roll
de MARIE FRANCE
& LES FANTÔMES
,
paraîtra fin janvier 2012
chez FREAKSVILLE RECORD.

Textes de JACQUES DUVALL,
musiques de BENJAMIN SCHOOS.

• Les morceaux sont
en téléchargement légal

— sur iTunes en mp3 :
http://itunes.apple.com/be/album/kiss/id485575269?l=fr

— et sur le site Freaksville

en qualité CD Wav
(à partir du master original) :
http://www.freaksvillerec.com


depuis le 19 décembre 2011 :


1 • “Dieu pardonne” (1’53”)

2 • “Le détecteur de mensonges” (2’38”)

3 • “Trop de boucan” (2’30”)

4 - "Le bon, la brute et le truand" (3’26”)

5 • “Un garçon qui pleure”
(3’24”, en duo avec Chrissie Hynde
— musique de François Bernheim)

6 • “C'est un ordre” (3’36”)

7 • “Yallo Kibou” (3’01”)

8 • “Petite catin” (3”39’)

9 • “Sorcière” (3’18”)

10 • “Elle ou moi” (4’18”)

© Freaksville Record FRVR37





•••••••••••••••••••••••••••••••••••••



© Manuel Zublena
(Glazart, 2000)




Nouvelle page


(avec compte rendu détaillé
et de nombreux visuels)


« MARIE FRANCE
& BENJAMIN SCHOOS
(MIAM MONSTER MIAM),
avec LES EXPERTS EN DÉSESPOIR,
interprètent les chansons
de JACQUES DUVALL
le 15 novembre 2011
aux TROIS BAUDETS (Paris) »

sur ce lien :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-et-BENJAMIN-SCHOOS--k1-MIAM-MONSTER-MIAM-k2-%2C-avec-LES-EXPERTS-EN-DESESPOIR%2C-interpretent-les-chansons-de-JACQUES-DUVALL-le-15-novembre-2011-aux-TROIS-BAUDETS--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





MARIE FRANCE

+ BENJAMIN SCHOOS
(MIAM MONSTER MIAM)

& LES EXPERTS
EN DESESPOIR

Mardi 15 novembre 2011
aux TROIS BAUDETS (Paris) :


Après trois éclatants concerts de Miam Monster Miam & les Loved Drones (1), l’équipée Freaksville Record revient illuminer l’année 2011 live à Paris. Chaque passage de la créative fratrie belge dans la Ville Lumière de la Princesse du rock’n’roll est attendu avec ferveur par les mégadingoparisianfreaksvillefans.

Sauf que, patatra, gros imprévu trois jours avant le concert : Jacques Duvall est cloué au lit, chez lui à Bruxelles. Impossible de pouvoir être présent au spectacle dont il devait être la vedette.

Système D(uvall) attitude : pour faire honneur à Mister D. et ne pas décevoir les fans parisiens, Benjamin Schoos — alias Miam Monster Miam — décide d’assurer le chant de tous ces titres qu’il a composés pour l’album “Expert en désespoir” (paru en janvier 2011 chez Freaksville).

Et comme le promet Julien Bassouls (qui dirige les Trois Baudets) de façon officielle et indérobable sur la scène du 64 bd de Clichy en début de soirée : « Jacques Duvall reviendra chanter ici, dans cette salle, car on l’aime. »

À 21h40, Sophie Galet et ses trois musiciens (dont le batteur Jérôme Danthinne, des Loved Drones) livrent une belle prestation électroacoustique de folk pop intimiste en français. « J’ai toujours rêvé de pouvoir enfin dire : “Bonsoir Paris !” », dit-elle, amusée, émue, après la première chanson.

“Même si tu t’ennuies”, “Mourir nue”, “L’Excelsior”, “Je t’ai dans la peau”… On découvre en six ou huit chansons un univers charmant, onirique, conçu pour être joué et écouté dans des endroits intimistes (comme c’est le cas aux Trois Baudets). Son CD “Stella Polaris” est sorti en octobre chez Freaksville.

Le set de Benjamin Schoos & Les Experts en Désespoir démarre à 22h40 par “Désespère”. Avec Sophie Galet cette fois aux chœurs (durant tout le set), le groupe transforme la nonchalance reggae de la version studio en une ambiance jazz, swing langoureux. Il y a de beaux sons de piano-clavier de Chris Cerri.

Puis aussitôt après : « Les Experts en Désespoir à mes côtés ! Bonsoir, je suis Benjamin Schoos. Nous allons vous interpréter des chansons que j’ai composées et dont les paroles sont écrites par Jacques Duvall. Il n’est pas là ce soir car il a une vraie bronchite. Et ce n’est pas une excuse qu’il a trouvé pour pouvoir regarder le match de foot France-Belgique. »

Depuis le 17 mai (première date de concert des Experts, au Botanique de Bruxelles), ces morceaux du cru Duvall 2011 sont jusqu’alors chantés en scène par ce dernier. Et non par Benjamin, même s’il est le membre pivot des Experts en Désespoir. On le sent en rodage d’interprétation vocale de ces chansons en public, même s’il les connaît par cœur.

Il donne le meilleur de lui-même, sans faillir. Il fait le show. Il transmet — éléments essentiels — plein d’émotion, de joie, de bonne humeur, de vibrations électriques et positives, comme à chaque prestation Freaksville.

En concert, le son des Experts est différent des prestations live des Loved Drones, de Phantom, des CDs “Hantises” (2006), “Phantom Featuring Marie France” (2008), “Le cow-boy et la call-girl” (2009), “Phantom Feat. Lio” (2010). Chacun de ces albums a d’ailleurs clairement sa propre identité sonore. Ce concert des Experts aux Trois Baudets est lui-même doté d’un autre son que le CD “Expert en désespoir”.

Ainsi, sur scène, nos Experts belges proposent comme une new french pop sound des années 2010 qui ferait un “retour vers le futur” en freaksvillemobile direction 1980/1984, tendance novö “frenchy but chic” (2).

Afin de coller à cette ambiance, Geoffroy Degand joue de la batterie d’une autre manière que celle qu'il avait au sein du groupe Phantom de 2006 au printemps 2009. Ce soir, sa frappe est moins organique, brute, rocky. Il reproduit manuellement des boucles, séquences, boîtes à rythmes. Avec sa basse, Pascal “Scalp” Schyns appuie ces tempos smooth et feutrés.

Chris Cerri sort de son clavier des sons quasi-opposés à ceux de Brian Carney (membre des Loved Drones, qui n'est donc pas présent ce soir sur scène — un album “Suburban Robot” sous le pseudo d’Android 80 paru en septembre dernier chez Freaksville), tout aussi intéressants. Brian propose des ambiances un peu de vocoder, des gimmicks de robots punk azimutés. Chris, lui, envoie des plages éthérées, sous influences new wave eighties anglo-saxonnes. Entre pop 80s et accointances The Shadows, les guitares de Jérôme “Jeronimo” Mardaga et Calogero Marotta se mêlent de façon réussie à ces claviers et à ces poppy beats.

C’est dans cette atmopshère captivante et soignée que les Freaksvillmen joueront les précieuses chansons de l’album “Expert en désespoir” :

“L’insecte”, pop Baygon jaune-verte mutante : « Cette chanson, on l’a écrite avec Jacques Duvall dans un train en plein été. Il y avait des insectes autour de lui, Jacques n’avait pas pris de bain depuis quinze jours — chut, je ne vous ai rien dit (sourire). »

“La grève des éboueurs”, pop track aux guitares blues rock et au tempo frénétique : « On était en Italie et il y avait alors une grosse grève des éboueurs dans toute la ville. Ça nous a inspirés ce morceau. »

“Je te hais”, poignante déclaration d’amour-haine indélébile et irréversible : « Le tube italien “Ti amo” d’Umberto Tozzi, adapté en français par Jacques Duvall et qui a failli, je dis bien “failli”, être à son tour un tube. C’est par cette chanson que j’ai découvert Duvall. Il s’agit d’un 45 tours que l’on aime toujours bien collectionner en Belgique. Si vous le voyez un jour, sur les marchés, les brocantes, surtout prenez-le et gardez-le. Et c’est la séquence (le rythme) originale de la version studio de “Je te hais” que vous allez entendre. »

“Sinatra”, texte 100 % name dropping très french touch early 2000s : « Une chanson que j’aime bien, écrite par Duvall pour Alain Chamfort, et qu’on interprète parfois à nos concerts. »

“Comme par désenchantement” : « Un titre que Jacques chante sur disque en duo avec Coralie Clément. Moi, je vais vous l’interpréter en “solo-duo”. » “Solo-duo” car il l’interprète option questions-réponses, tac-au-tac, avec Sophie Galet. Belle ambiance mélancolique.

“Dream Baby Dream” (reprise de Suicide, entité abstraite menée par Alan Vega) : « Quand on s’est rencontrés, Jacques Duvall et moi, l’une des premières chansons sur lesquelles on est tombé d’accord tout de suite, c’était “Dream Baby Dream”. Avec Les Experts, on a répété une version de ce morceau spécialement pour ce soir. La voici. » Découverte perso de ce titre à ce moment précis, certes ultraconnu des spécialistes du rock bizarre. Les Experts en font une sautillante proposition pop déglinguée. Les guitares sonnent à la Hank Marvin. Secondé par les chœurs de Sophie, Benjamin hoquette à loisir et avec bonheur un chant saccadé.

« Yeah, the sound of New York ! En parlant de NY, ses nouvelles chansons sont parties aujourd’hui là-bas pour y être masterisées par Ivan Julian (du groupe Richard Hell & The Voidoids). Je vous demande de faire un triomphe à Marie France ! »


À cet instant, on entend l’intro musicale de la chanson “Les nanas”, blues’n’roll pop belgium tendance fifties (en) français. Là aussi, moment très attendu par plusieurs personnes dans la salle (dont Jean-William Thoury) : le retour de Marie France sur scène, six mois après son dernier passage en concert, justement lors du Freaksville & Loved Drones show au CWB en avril.

Chevelure rousse flamboyante, toute de noir vêtue (pantalon, talons, haut savamment échancré par le couturier qui l’a réalisé), Marie France étincelle par son charisme vocal et scénique. Telle qu’en elle-même, la Femme Électrique la Plus Terrible interprète “Les nanas” en prenant des intonations graves et aiguisées, à la “Déréglée”. “Les nanas”, un texte pro-archiféministe mais version “à l’envers”, c’est-à-dire via le prisme duvallesque.

Vaudou woman en diable, elle se déhanche pendant le pont musical au milieu de la scène. Elle est entourée des musiciens, tandis que Benjamin balance un petit solo d’harmonica.

« Jacques Duvall m’a dit au téléphone qu’il avait “une fuckin’ bronchite”. J’espère qu’il va vite s’en remettre parce qu’il nous manque beaucoup, bien que je sois très heureuse d’être ici. D’abord parce que les Trois Baudets, je ne sais pas si vous le savez déjà, j’ai débuté ici quand j’avais 18 ans — pas avec Boris Vian, hein (sourire, humour clin d’œil typiquement Marie France). Mais c’est vrai que c’est ici que j’ai débuté. Ça s’appelait le Topless. Les filles dans la salle servaient… topless ! Moi, je faisais une évocation de Marilyn, et aussi mon premier strip-tease. Remarquez, je n’en ai pas fait beaucoup dans ma vie : deux — ah non, trois si on compte la fête foraine. Bien sûr, j’avais encore cassé la baraque parce que j’avais choisi en bande son “Rock’n’roll suicide” de David Bowie. Ça avait beaucoup surpris et étonné, c’était très agréable. Donc je commençais là (elle va dans le fond en levant les bras), je dansais, j’avais une robe blanche, “you’re a rock’n’roll suicide”, etc. (tout en dansant sur la scène). Et à la fin, juste avant le point d’orgue la phrase où Bowie chante “oh no, you’re not alone”, j’attrapais la robe, je la soulevais et l’arrachais d’un seul coup ! Je suis aussi très très heureuse, Jacques Duvall n’est pas là mais tu es là, Benjamin Schoos, vous êtes là, mes amis belges, avec qui je viens d’enregistrer un album, intitulé “Kiss”, simplement. »

— « Car tu as signé “Kiss” sur la pochette que tu as faite »,
enchaîne Benjamin.

« Oui, c’est vrai. Un album qui sortira fin janvier dont voici un petit extrait qui s’appelle “Le détecteur de mensonges”
. »

Privilège, exclu, c’est la première fois que cette chanson est interprétée sur scène. On découvre tout (paroles, musique, arrangements) au moment où Marie France la chante. La sensation d’entendre un titre énorme, comme lorsqu’on se repasse chez soi des centaines puis milliers de fois, avec le même plaisir que la première écoute, les albums chefs-d’œuvre “39° de fièvre” et “Phantom Featuring Marie France”.

Dans l’idéal et l’absolu, “Le détecteur de mensonges” peut être pour Marie France en 2012 ce que “Banana Split” a été et est pour Lio depuis 1980, ou encore “Les histoires d’A. ” pour Les Rita Mitsouko. Lorsque des milliers puis millions de Français (et de francophones) entendront cette pop’n’roll song de trois minutes, cela peut devenir un énorme tube populaire. Une bombe radiophonique en puissance, destination n°1 des hit parades rocky créatifs.

Comme les dizaines de chansons écrites par Jacques Duvall, dont celles du CD “Phantom Featuring Marie France”, “Le détecteur de mensonges” est incisif, court, malin, ingénieux, piquant, acidulé. Le refrain est carré et pop. Les paroles sont faciles à comprendre, à fredonner, prêtes d’ailleurs à être dégommées par les (faux) intellectuels-(vrais) neuneus du rock et de la chanson d’ici. Ils ne manqueront pas de sortir du contexte textuel les vers « Bla bla blablabla bla bla / blablabla blablablablabla / Tu n’connais que ces syllabes-là / Bla bla bla blablablablabla » du deuxième couplet.

Or, comme toujours chez Duvall, la facilité n’est qu’apparente. Il utilise à chaque fois et à bon escient des mots simples, pas compliqués, exprès. Au final, il crée des bijoux novateurs aux paroles ciselées, autour du thème favori des artistes depuis des milliers d’années : l’amour. Et toujours de manière habile, détournée, inattendue.

Toujours doté de son chapeau feutre et de ses lunettes noires, Benjamin, Blues Brother positive freaksman de Liège, frappe des mains en rythme et fait les chœurs masculins sur le refrain.

Le passage sur scène de Marie France, au total une quinzaine de précieuses minutes, se clôture par “Un garçon qui pleure” (texte de Duvall, musique de François Bernheim). Une ballade « lacrymale » de femme forte, de maîtresse à poigne. Un rôle qu’interprète à merveille sur scène Marie France pendant ce titre.

“Un garçon qui pleure” a été présenté pour la première fois sur scène le 11 février 2006, au Trianon, et déjà en duo avec Chrissie Hynde. Si la miss Pretenders n’est pas présente ce soir, elle figure en revanche sur la version studio de l’album “Kiss” de Marie France & les Fantômes (session d’enregistrement effectuée les 1er et 2 octobre 2011 à Londres).

Après avoir chanté “Un garçon qui pleure”, Marie France dit en souriant : « Si “un garçon qui pleure, ça nous met de bonne humeur”, en revanche, Chrissie et moi, ne supportons pas de voir un animal souffrir ! Non à la maltraitance animale ! Merci à vous », déclare-t-elle avant de quitter la scène, d’un signe amical de la main adressé au public.

Puis c’est “La chanson la plus triste du monde” (« la chanson la plus autobiographique que j’ai écrite », avait déclaré Jacques Duvall dans une interview radiophonique cet été).

« On va terminer le concert par le tube qui a permis à Jacques Duvall de rien foutre pendant trente ans. » Il s’agit de “Banana Split” dans une splendide version relax baby cool, électroacoustique. Elle est proche de la version studio 1979 fredonnée par Duvall. Les couplets sont différents des paroles chantées par Lio, même si l’esprit malicieux est identique. En prime, chose que l’on n’entend pas sur la vision studio masculine de Duvall, un magnifique gimmick de guitare entre les couplets et refrains, à nouveau très doiiingue-dongue-doiiingue hankmarvinesque.

23h25 : en bonus ultime, Benjamin joue l’introspectif “Papa travaille dans la mine” : « Avec Jacques, on a récemment déterré une vieille chanson de Pat MacDonald et il l’a adapté en français. » Une ambiance sobre, recueillie, dans la lignée de leur reprise commune de “J’ai pas de chez moi”, bouleversante adaptation (3) de “I Ain’t Got No Home” de Guthrie Woody.

François Guibert

(19 décembre 2011)

(1) : le 12 février 2011 à l’International, les 28 et 29 avril 2011 au Centre Wallonie Bruxelles.

(2) : terme créé par Jean-Éric Perrin pour sa rubrique du même nom dans “Rock&Folk” en 1978.

(3) : “J’ai pas de chez moi” est le premier texte de Duvall écrit pour que Benjamin Schoos le chante, en 2006, lorsqu’ils se sont rencontrés. On l’entend intégralement en guise de générique de début dans le film-documentaire “Il y avait une fois Freaksville”.







Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Ven 27 Jan - 21:08



Nouvelle page spéciale

« Longue chronique détaillée de l'album “KISS”
de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES
dans “ACCORDÉON & ACCORDÉONISTES” n°116 (février 2012) »


sur ce lien :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Longue-chronique-detaillee-de-l-h-album--g-KISS-g--de-MARIE-FRANCE-ET-LES-FANTOMES-dans--g-ACCORDEON-ET-ACCORDEONISTES-g---k1-fevrier-2012-k2--.-.htm








« Depuis leur première rencontre scénique un soir de décembre 2006 au Klub (Paris), Marie France et les Belges du label Freaksville forment un gang soudé et ultra créatif. Cette association de bienfaiteurs du rock’n’roll en français fonctionne à plein régime tout au long de “Kiss”, leur second CD en commun.

Une merveille pop’n’roll garage rock excitante, aussi réussie que les albums “Phantom Featuring Marie France” (2008) et “39° de fièvre” (1981, réalisé avec le groupe Bijou). Jacques Duvall signe toutes les paroles ; et Benjamin Schoos, alias Miam Monster Miam, les musiques (sauf “Un garçon qui pleure”, de François Bernheim).

Comme un ouragan électrique, l’album “Kiss” démarre en trombe avec “Dieu pardonne”. Sous haute tension, la déesse du glamour se transforme en vamp universelle de l’apocalypse. Au passage, elle chante les vers « Traîtrise, surprise, c’est la crise / Soupçon, tension, trahison » sur un ton qu’elle a, jusqu’à présent, peu utilisé dans ses enregistrements studio.

“Le détecteur de mensonges” est incisif, court, malin, ingénieux, piquant, acidulé. Le refrain est carré et pop. Les paroles sont faciles à comprendre — comme d’ailleurs tous les textes de Duvall — et à fredonner. Dans l’absolu et l’idéal, c’est une bombe radiophonique en puissance, destination n°1 d’éventuels hit-parades rocky.

La lady Marie imprègne de son timbre rond et chaud de Fujiyama Mama l’effréné “Trop de boucan”, aux effluves Motown version speed et revisités par nos vaillants dingorockers.

Amies de longue date, Marie France et Chrissie Hynde se partagent le micro avec émotion et sensibilité autour d‘“Un garçon qui pleure”. Le texte est encore mieux mis en valeur lorsqu’en concert, il est chanté du début à la fin par Marie France. En effet, elle maîtrise mieux que quiconque chaque phrase de cette bouleversante ballade de femme forte, de maîtresse à poigne.

L’intimiste “Elle ou moi” est conçu dans une optique soul seventies (Marvin Gaye, Smokey Robinson) minimaliste. Toutefois, le tempo très lent, les sons acid jazz 90s du Fender Rhodes et synthétiques du clavier, ainsi que la mélodie vocale linéaire font de “Elle ou moi” une chanson normale et routinière de variété française.

Dépaysement garanti, direction les plaines d’un Far West fantasmé, avec “Le bon, la brute et le truand”. Dans cette escapade trépidante et tubesque, la cowgirl urbaine façon Lucky Luke féminine se régale à intepréter des paroles à son image : mutines, drôles et charmeuses. Elle se révèle une sacrée et pure chanteuse de country, telle une naturelle Dolly Parton punky pop From Paris To Nashville.

Sur fond de guitares fuzz sixties, derrière les onomatopées “Yallo Kibou”, Marie France (via la plume de Duvall) dresse un parfait autoportrait tout en ébullition de l’artiste qu’elle est, pleine de fièvre et de magnétisme, et de ce qu’elle dégage sur scène.

Le morceau garage “Sorcière” est doté d’une (bonne) musique de série Z. Dans ce titre, avec sa maestria habituelle et innée, Marie France y joue un surprenant rôle de composition de reine des grimoires aux formules maléfiques, de cuisinière aux chaudrons ensorcelés.

Miss France chante d’une diction fougueuse et déterminée le texte impétueux du rock nerveux “C’est un ordre”, au refrain orné de chœurs yé-yé « houhou shalalala ».

Dans la lignée de la ballade “Bleu” (qui figure sur le CD “Phantom Featuring Marie France”), “Petite catin” est un slow à l’humeur textuelle désabusée mais non résignée. La chanteuse y prononce des phrases telles que « Lorsque tu lui as dit “enchanté” / C’était comme si ce jour maudit tu m’avais déjà plantée », agrémentées de doux noms d’oiseaux, avec une saine verdeur qui fait plaisir à entendre.

Avec “Kiss”, voilà un nouveau chef-d’œuvre de rock’n’roll azimuté, coloré, euphorisant, à la fois spontané et éternel, de la Freaksville family. »

© François Guibert


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Commandez le CD digipack
"KISS" de MARIE FRANCE & LES FANTOMES

en exclusivité sur le site FREAKSVILLE :
http://freaksvillerecord.myshopify.com/products/marie-france-et-les-fantomes-kiss



••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





MARC MORGAN & LES OBSTACLES

+ MADEMOISELLE NINETEEN

+ MARIE FRANCE & LES FANTÔMES

+ BENJAMIN SCHOOS


seront en concert
le mercredi 21 mars 2012
au BOTANIQUE / LA ROTONDE
à BRUXELLES
(Belgique).

• Places en vente sur ce lien :
http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Variete-et-chanson-francaises-MARC-MORGAN---MADEMOISELLE-NINETEEN-ROTMO.htm

Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Jeu 17 Mai - 14:20







Nouvelle page spéciale



« Compte rendu détaillé du concert

de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES + BENJAMIN SCHOOS

le 9 mai 2012 au RESERVOIR (Paris) »



sur ce lien
(à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-%26-LES-FANTOMES-et-BENJAMIN-SCHOOS-le-9-mai-2012-au-RESERVOIR--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm



(avec de nombreuses photos, scans des set lists, nombreux visuels).


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





© Clément Boulland
(9 mai 2012)




MARIE FRANCE & LES FANTÔMES

+ BENJAMIN SCHOOS

le mercredi 9 mai 2012 au Réservoir (Paris)
:


De 21h à 21h30, accompagné par Chris Cerri (clavier) et Sabino Orsini (ordinateur portable d’où sortent des samples de voix), Benjamin Schoos présente en live ses fabuleuses et impressionnantes nouvelles chansons. Comme il se produit en trio, les arrangements de l’orchestre à cordes (écrits par Gimmi Pace) que l’on entend sur l’album sont bien sûr absentes de ces versions live minimalistes.

“Marquise” reprend exactement le texte chanté à l’origine par Jacques Duvall sur son propre album “Le cowboy et la call-girl” (2009). Mister Jacques l’interprétait sur un tempo pop reggae’n’roll euphorique. Benjamin, lui, opte pour un arrangement lancinant, entre piano et synthé, avec des choeurs androïdesques trafiqués au micro (vocoder ?). Puis il enchaîne “Profession catcheur”, “La Chinoise”, “Je ne vois que vous”, “China Man Vs China Girl”, “A mort l’amour”.

Il clôture le volet "China Man Vs China Girl" de sa prestation par le sommet du disque, “Arthur Cravan Vs Jack Johnson”. Il s’agit sans doute là d’un des textes majeurs, même s’ils le sont tous de toute façon, de Jacques Duvall. Une sorte de parabole de la destinée humaine, narrée à travers la vie et la chute d’un “homme de porcelaine”, réduit en miettes par China Girl.

Irrespect total et choquant lors de cette prestation de la part de nombreuses personnes parmi celles ayant souhaité se restaurer (2) en assistant à cette soirée. On entend un bourdonnement incessant et navrant de discussions entremêlées de bruits de fourchettes et de couteaux. Lorsque Serge Gainsbourg faisait du piano bar au début des années 1950, cela devait sans doute être la même ambiance, la même “considération” vis-à-vis de l’artiste. « Merci pour votre écoute », dit Benjamin à la fin de son set. Une phrase à probable double sens, à destination des uns puis des autres.

En bonus, seul devant son clavier, Benjamin joue l'ultime chanson écrite et composée par son ami Marc Moulin : "Je vois dans le noir". Cette ballade nyctalope et très mélancolique figure sur l'explosif album de pur rock'n'roll dingo, belge et azimuté "La femme plastique" (2010) de Miam Monster Miam & Les Loved Drones.

Le label Freaksville a déjà publié de nombreux chefs-d’oeuvre (1) de rock’n’roll électrique et dynamique, en français. En voici désormais un autre, “China Man Vs China Girl”, nouveau Compact Disc Laser de Benjamin Schoos, dans un registre clairement chansons à forte ambition artistique, atteinte et concrétisée.

Les auteurs de dictionnaires et anthologies du patrimoine culturel français se prosternent au pied des oeuvres de Serge Gainsbourg ou encore Alain Bashung (même si ces derniers n’y sont pour rien dans le fait qu’on les enterre encore un peu plus à chaque fois qu’ils sont élevés au rang de demi-dieux intouchables). Eh bien, qu’ils sachent qu’en 2012, il existe des artistes bien vivants et dynamiques tels que Jacques Duvall, Benjamin Schoos — alias Miam Monster Miam — ou encore Marie France, parmi de très nombreux autres, qui produisent des disques du même haut niveau.

De 21h45 à 22h50, on assiste au moment attendu, jour après jour, avec patience et détermination, depuis deux mois et demi : le retour scénique à Paris de Marie France & Les Fantômes (ex-Phantom Featuring Marie France).

En guise d’introduction et pendant une minute trente, Marc Wathieu, Benjamin Schoos, Jampur Fraize (guitares), Chris Cerri (claviers), Pascal Schyns (basse) et Jérôme Danthinne (batterie) martellent l’instrumental, ambiance Cramps garage au tempo ralenti, de “Sorcière”.

Rouge à lèvres ultra vif, chevelure blonde éclatante et en liberté, dotée d’une tenue glamour noire, échancrée et sexy, Marie France s’appuie quelques instants au bras d’un spectateur comblé, privilégié et bienheureux. Puis elle bondit sur scène, sous les hurrah up ! et vivats des spectateurs, qu’ils soient assis (et qui, a priori, cessent alors et enfin de manger) ou debout. Tandis que le Freaksville Gang déroulent toujours l’instru de “Sorcière”, Elle prend une voix d’ensorceleuse mal intentionnée, pile poil pareil que sur la version studio et démarre : « Je suis une sorcière / Ma mère se trimbalait / Chaque nuit dans les airs / Chevauchant un balai / (…) Je suis une sorcière / J’offre des pommes avariées / J’empêche les bergères et les princes de se marier / (…) Sorcièèère ! »

Marie France et son groupe enchaînent avec “Les nanas”, un ultra classique blues’n’roll rougeoyant de chez Freaksville et du répertoire scénique de Marie France depuis le 24 septembre 2007 (première fois où elle l’a chanté en public, lors du concert de Phantom Featuring Jacques Duvall à la Flèche d’Or).

« J’espère que vous passez une bonne soirée. Je vous remercie d’être venus si nombreux. Je reconnais plein de sourires, de regards »,
lance Marie France, aux anges car à nouveau pleinement dans son univers, à savoir la scène, les concerts. Ce pour quoi elle est née et elle existe.

“Bleu” et son gimmick scintillant de guitares illuminent les esprits et les yeux des personnes présentes. Une mirifique ballade au texte désabusé mais regardant malgré tout l’avenir avec optimisme. Cette sublime chanson permet à Marie France de reprendre sa voix douce de Fille au Coeur d’Or qu’elle est en permanence, 365 par an.

La madone rockeuse ultime fait grimper la température avec sa toujours torride interprétation du “Diable en personne”. Elle improvise également en fin de morceau autour des mots « T’es le diable en personne, aaaaah le diable en personne », etc. Un régal. Les trois guitaristes reprennent de façon majestueuse le fameux torrent électrique entre chaque refrain et couplet de ce tube fifties/early sixties. Ils ravivent en concert, en direct live et en 2012 les fulgurances de Vince Taylor & ses Playboys ou de Vincent Palmer.

Sur scène, Marie France se déhanche et danse de manière accrocheuse et bouillonnante, en connivence avec les spectateurs, spectatrices ainsi qu’avec ses musiciens. Et cela sur chaque chanson qu’elle interprète, ce soir comme lors de tous ses autres concerts : ça aussi, c’est quelque chose.

Dotée d’un feeling inné et unique, elle déborde de sensualité, d’électricité humaine. Elle sait super bien communiquer et transmettre ces sensations palpitantes à chacune des personnes qui assistent à ses prestations scéniques, toujours anthologiques. Qu’elle soit brune, rousse ou blonde selon les époques et ses envies, Marie France est la Fujiyama Mama en personne et par excellence, forever and ever.

En direct des coulisses de l’enfer (ou du purgatoire), on continue avec “39° de fièvre”. Interprétation sous haute tension de La Hot & Terrific Blonde et ses Fantômes de ce standard chaud bouillant. « 39° de fièvre / Ça pétille et ça continue de grimper / 40 !! Ça grésille ! / Ah quelle jolie façon de brûler » A la fin de “39° de fièvre”, la vaudou woman aguerrie, sacrément experte et dotée d’un appétit de vivre permanent porte l’estocade : « Je ressens des choses partout, ici (désignant avec son doigt sa hanche gauche), là (son bras), là (son ventre) et encore là (sa hanche droite), partout. Vous me faites du bien. »

« J’ai un long parcours artistique — même si je sais que cela ne se voit pas
(clin d’oeil humoristique à ce satané Chronos, du pur Marie France dans toute sa spontanéité). C’est ainsi qu’en 1977, j’ai enregistré mon premier 45 tours, “Déréglée” ! » Ultra pimpante, elle chante de manière sauvage et puissante, sa voix pleinement au top, cet hymne punk ô combien toxique.

Chaque fois qu’elle joue “Déréglée” depuis son premier concert parisien (20 décembre 2006 au Klub, première rencontre avec Marie France ce soir-là), l’équipe Freaksville joue ce titre de façon beaucoup plus carré et convaincante que la bande sonore instrumentale originale d’époque.

Le 15 novembre 2011 aux Trois Baudets, lors du concert de Benjamin Schoos & Les Experts en Désespoir, Marie France avait présenté en avant-première “Le détecteur de mensonges” dans une version pop live ludique, entre Les Rita Mitsouko et les pop songs de Lio. Ce soir, “Le détecteur...” est joué dans un esprit rock, similaire à l’enregistrement studio, notamment au niveau de la batterie et des guitares (en particulier celle de Jampur Fraize).

Le 15 novembre, il y avait beaucoup plus de sons de claviers sur l’intro du "Détecteur...", entre les couplets/refrain et lors du pont musical. Ce soir, à ces endroits précis, les sons de guitare dominent largement. Deux visions similaires mais tout de même subtilement différentes d’un même hit pop radiophonique, et qui sont toutes aussi bien l’une que l’autre. « Je ne vous mens pas », précise-t-elle, comme ça, pour le fun, juste après ce titre.

L’instrumental robotique sixties “Contact”, made by Gainsbourg Serge, avait déjà été testé avec bonheur et succès lors des trois galas parisiens, collection hiver/printemps 2011, de Miam Monster Miam & Les Loved Drones (3). Ce soir, Chris Cerri est au clavier en lieu et place de Brian “Android 80” Carney pour extirper de celui-ci des sonorités futuristes mêlées aux piques hypnotiques en provenance des guitares.

Là-dessus, en guise de flashback électrique à son spectacle acoustique “Mon BB” (même si elle ne chantait pas ce titre dans le cadre de ces concerts 2009/2010 dédiés au répertoire de Brigitte Bardot), Marie France appose sa voix. Sa diction est volontairement mécanique, à la BB sans toutefois “copier” BB. Simplement, elle correspond à l’ambiance science-fiction du texte et des mots parlés-chantés comme « combinaison spatiale », « poussière intersidérale », « météorite », ou encore le « contact-tact-tact » final.

« J’ai sorti avec Les Fantômes un nouvel album, “Kiss”, d’où est extraite cette chanson, “Trop de boucan”. »
Lors de ce concert au Réservoir, “Trop de boucan” est, avec “Le bon, la brute et le truand”, le moment où Marie France semble sur quelques vers (pas sur toute la chanson) se demander si elle pose sa voix au bon moment, en raison de problèmes de sonorisation dans les retours à ces instants précis. Ce qui fait que durant les interprétations live de ces deux titres, elle ne se lâche pas totalement. Du moins pas autant qu’à son habitude, en tant que Diablesse Eternelle et En Personne, toujours totalement maîtresse des scènes qu’elle arpente.

Chrisse Hynde était présente le 4 mai dernier au ministère de la Culture, lors de l’absolument très officielle remise des insignes de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par Frédéric Mitterrand (alors ministre de la Culture) à Marie France. Toutes deux sont des amies de coeur de longue date. « On se connaît depuis 1977, avant qu’elle ne devienne par la suite une star », déclaré d’ailleurs Marie France en guise de présentation d’“Un garçon qui pleure”, avant que Chrissie Hynde ne monte sur scène chanter avec elle ce titre.

Comme de bien entendu, beaucoup d’appareils photos, de portables téléphoniques crépitent soudainement pendant ces précieuses minutes où l’on voit et entend avant tout un duo vrai et sincère. Toutefois, perso, la star de la soirée — qui d’ailleurs mérite d’être reconnue mondialement au même niveau que Chrissie Hynde — c’est bel et bien Marie France.

Par rapport à la version studio de "Un garçon qui pleure" (sur l'album "Kiss"), elles ont interverti les couplets que l'une et l'autre chantent. Et lorsque Chrissie chante, Marie France la regarde, admirative et émue, heureuse d'être à ses côtés sur scène.

Parmi les grands moments du concert : “Chez moi à Paris” (4), ultra excellent. En répétition avec Les Fantômes le 7 mai près de Bruxelles, Marie France a eu l’idée, impromptue et instinctive, de rechanter ce qui est l’un des titres phares de sa carrière de Marie France. Il figure en ouverture de l’album-chef-d’oeuvre éternel “39° de fièvre”, à se repasser en boucle au fil des années passées et à venir.

Et l’entendre en version live, cela permet d’imaginer en direct l’ambiance positive et électrique qu’il devait y avoir dans la salle et sur scène lors des concerts qu’elle a donnés avec Vincent Palmer et Dynamite Yan (sans oublier Jean-William Thoury, indispensable homme de l’ombre) au Palace et au Bataclan. Comme lorsqu’elle chante “Le diable en personne”.

A l’instar du “Détecteur de mensonges” (entre autres morceaux), le son des guitares de Jampur, Marc et Benjamin sur "Chez moi à Paris" étincelle de mille feux et fait penser aux guitares héroïques et électrochocs de Vincent Palmer. Le son est clair, limpide.

Sur la musique composée par Dynamite Yan, Marie France prend un grand plaisir à chanter les couplets et refrain écrits par Jean-William Thoury. Celui-ci, présent à un mètre de la scène sur le côté gauche, est enchanté et ravi de cette surprise inattendue. Marie France prolonge le morceau en répétant la phrase « Chez moi à Paris / Chez moi à Paris (etc.) », comme un précieux talisman. Franche réussite !

Lors du rappel, “Dieu pardonne” est joué dans une version qui pulse encore plus, notamment avec une batterie plus appuyée et des guitares à la fois acérées, hargneuses et à l’unisson, que sur le disque.

Marie France, Les Fantômes (Loved Drones, Phantom, Experts en Désespoir), Benjamin Schoos et Jacques Duvall — auteur de tous les textes des albums “Phantom Featuring Marie France” et “Kiss” (5) — forment une association rock’n’roll artistique et créative du même niveau que sa collaboration avec Bijou. Il faut vraiment qu’ils donnent ensemble un maximum de concerts.

Il faut que la France sache qu’à Paris, vit la plus extraordinaire des déesses du rock’n’roll, beaucoup plus captivante et terrible que les stars de la pop mondiale et aseptisée : Marie France. Soutenue de façon infaillible par son public, elle n’attend qu’une chose : donner le plus de concerts possible, dans la capitale mais aussi à travers tout l’Hexagone (et ailleurs).

François Guibert

(16 mai 2012)


N.B. : étaient présents dans la salle (ultra blindée) entre autres Yan Péchin, Jean-William Thoury, Hélène Pince, Isobel Mendelson, Bambi, Pascale Ourbih, Florence Derive, Jean-Louis Régnier, Jean-Emmanuel “Deluxe” Dubois, Clément Boulland, Pascal Greggory, Pierre Mikailoff, Didier Dahon, Fabien MacRa.

(1) : “Hantises” (2006) de Phantom Featuring Jacques Duvall, “Phantom Featuring Marie France” (2008), “Phantom Feat. Lio” (2009), “La femme plastique” (2010) de Miam Monster Miam & Les Loved Drones, “Le cowboy et la call-girl” (2009) et “Expert en désespoir” (2011) de Jacques Duvall, “Kiss” (2012) de Marie France & Les Fantômes, ou encore le premier album (2012) de Mademoiselle Nineteen.

(2) : le Réservoir est une salle de concerts qui fait également restaurant et bar.

(3) : le 12 février 2011 à L’International, les 28 et 29 avril 2011 au Centre Wallonie Bruxelles.

(4) : Depuis son grand retour sur scène le 11 février 2006 au Trianon et jusqu’au concert du Réservoir ce 9 mai, Marie France n’a interprété en live le titre “Chez moi à Paris” que deux fois. Une première fois lors de ce fameux concert au Trianon. Christophe Cravero (piano, violon), Valentine Duteil (violoncelle, basse) ainsi qu’une choriste et un batteur étaient à ses côtés. Puis le 13 février 2007, en version r’n’r boogie acoustique. Le piano frénétique de Christophe Cravero et le violoncelle de Valentine Duteil, devenant légèrement rhythm’n’blues sur ce titre, l’accompagnaient lors de cette rare version live.

(5) : hormis pour la chanson “Un garçon qui pleure”, signée François Bernheim.


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Dim 24 Juin - 14:04



© Pascal Schyns


Page spéciale

« Compte rendu détaillé
du premier concert parisien de MADEMOISELLE NINETEEN
le 12 juin 2012 à L'INTERNATIONAL »


(avec photos, scan de la set list manuscrite, liens divers)

sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MADEMOISELLE-NINETEEN-le-12-juin-2012-a-L-h-INTERNATIONAL--k1-Paris-k2--.-.htm


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




© Marc Wathieu




MADEMOISELLE NINETEEN
Mardi 12 juin 2012
à L’International (Paris) :


Juliette Wathieu donne ce soir sa toute première prestation parisienne sous le nom de Mademoiselle Nineteen. Cette jeune miss poppy belge du label Freaksville Record était déjà montée sur les planches d’une salle à Paris, mais en mode quasi-incognito : en tant que choriste de Phantom Featuring Lio le 26 septembre 2009 aux Trois Baudets.

Son album, “Mademoiselle Nineteen” (2012), est d’ores et déjà un chef-d’oeuvre de la pop’n’roll francophone. Il est du même haut niveau que les albums de Lio (“Pop Model”, “Amour toujours”, “Can can”, “Des fleurs pour un caméléon”, etc.), Lina From Paris (“Dans cinq minutes, j’suis prête !”, “Redevenir modeste”) ou Marie France (“39° de fièvre”, “Phantom Featuring Marie France”, “Kiss”). Et si Mademoiselle Nineteen venait de l’Angleterre ou de l’Amérique, elle figurerait en couv’ de tous les magazines branchés (mais creux et superficiels) de France et de Belgique.

Réalisé sous la houlette de Jacques Duvall (qui signe la quasi-totalité des textes) et du compositeur Benjamin Schoos, le disque est parfait, lumineux, évident. Il est produit à la fois avec flamboyance (mention spéciale aux arrangements de cordes de Gimmi Pace) et simplicité, tout en sonnant ultra vivant.

Du coup, avant le concert, une interrogation : Mademoiselle Nineteen arrivera-t-elle à restituer sur scène ces mêmes sensations ressenties à chaque écoute du CD ? Interprète depuis deux ans en sessions studio (pour la préparation de son album), elle se produit en tant que chanteuse lead en concert depuis le 21 mars 2012, date du concert Freaksville Record au Botanique/La Rotonde à Bruxelles (1). Il s’agit là de sa première tournée : Fallais, Bruxelles, Liège, Spa, Verviers, etc.

Avec ses musiciens, elle entre en scène à 21h15 (le concert se terminera à 21h50). Elle chantera neuf des dix titres du CD et démarre par “Juillet brillait”. Dès ce premier morceau, Mademoiselle Nineteen sert de tout son coeur et avec enthousiasme les magnifiques textes de Jacques Duvall. Sa voix est d’une jolie justesse (dans le sens “chanter juste”) impeccable, aussi bien sentie que sur les versions studio. Cela sera comme ça pour toutes les chansons. Il n’y aura pas sur scène les légers échos/reverb’, mixés de façon parfaite, avec soin, “ni trop ni pas assez”, qu’on entend sur le disque.

Pour le deuxième titre, “Je marche sur des pétales de roses”, elle invite Marc Desse afin de reproduire en live leur duo figurant sur l’album. Cette ballade est sensiblement différente des autres chansons : plus douce, plus langoureuse et vaporeuse. Ce soir, soutenu par le groupe freaksvillien au son et à l’assise tout-confort, Marc se laisse porter vocalement. Il apporte une intéressante touche vocale masculine à ce titre aux paroles poétiques.

« Je vous présente mes supers musiciens : Jérôme Danthinne à la batterie, Sabino Orsini à la guitare acoustique, Jampur Fraize à la guitare électrique, et Calo Marotta à la basse. »


Musicalement, le groupe interprète avec brio tous ces titres magiques : “Quelle importance”, “Le chagrin et l’amour”, “Tu ne veux plus de moi”, “Je danse dans le noir”, etc.

A l’aspect perfect pop’n’roll des versions studio, les quatre Freaksville Men apportent en prime un côté rocky, chaloupé, et tout aussi dansant que sur disque. A l’évidence, ils sont heureux de jouer en live. En témoignent les sourires de Calo et Sabino.

La musique linéaire, presque banale, ambiance indie pop early 90s Inrocks, de “Tout de même” fait que cette chanson est la moins forte du répertoire de notre Miss 19. Du coup, le texte n’est pas aussi bien mis en valeur que sur, par exemple, les accrocheurs “Le chagrin et l’amour”,“Quelle importance”, “L’inconnu du Delta 140” ou “Dormir le restant de ma vie”. Dans les années 1980, on aurait pu dire que c’est un titre pour face B de 45 tours. Ou encore une “chanson d’album”. Même si elle n’est pas du tout mauvaise. C’est juste qu’elle est musicalement plus en retrait que les autres et sans réel refrain carré.

Les sons de cuivres (la trompette de Philippe Laurent sur “Juillet brillait”, la cavalcade en intro ainsi qu’entre le refrain et les couplets du “Chagrin et l’amour”) ou encore le gimmick inspiré de “Telstar” des The Tornadoes sur“Dormir le restant de ma vie” sont remplacés ici par les sons astucieux et aiguisés de Jampur Fraize. Ce dernier, excellent, délivre des sonorités fines, tranchantes comme des lames, claires, percutantes, avec des influences pub rock, rockabilly. Dans le même temps, subtil dosage, la guitare électroacoustique de Sabino permet de rester dans une ambiance fresh pop.

Entre les chansons, Mademoiselle Nineteen s’excuse presque d’être sur scène. Cette timidité joyeuse, positive et sincère fait aussi partie du charme que la miss dégage. Et comme l’a d'ailleurs noté Jacques Duvall après cette prestation : « Moi qui ai eu l’occasion de la voir plusieurs fois en concert, je sens qu’elle prend de plus en plus de plaisir sur scène. » Sans aucun doute que dans les mois à venir, elle prendra de plus en plus d’assurance — qu’elle a déjà mais qu’elle doit développer, de façon tranquille et spontanée, rien ne presse — dans sa manière d’occuper l’espace scénique.

En guise de présentation pour “Dormir le restant de ma vie” : « Jacques Duvall, vous connaissez ? », lance Juliette. « Non ! C’est qui, ce con ?! », lance pour rire et de façon sympa ledit Duvall, patalon et veste en jean bleu clair, présent dans la salle. « Il est présent ce soir, poursuit la miss. Il est mon premier auteur et je lui dédie la chanson qui suit. » — « Aah, merci », reprend le cow-boy Duvall, ému pour de vrai derrière son intervention humoristique.

Mademoiselle Nineteen dédicacera ensuite “Je ne vois que vous” à Benjamin Schoos, « mon compositeur», présent au premier rang. D’ailleurs, cette chanson dans son interprétation studio (sur l’album “China Man Vs China Girl” de mister Schoos) en duo par Benjamin & Laetitia Sadier cartonne sur les ondes radiophoniques en Angleterre (entre autres pays). En live comme sur son propre disque, Mademoiselle Nineteen l’interprète en solo.

Les spectateurs présents ce soir sont, quelque part, privilégiés (même si l’entrée est absolument libre et ouverte à tout le monde sans restriction) d’assister à cette prestation colorée et rafraîchissante. De sa voix simple, normale et idéalement pop, Juliette Wathieu assure vocalement. En compagnie de ce solide backing band freaksvillien, elle livre une belle présentation en direct live d’un sublime album anthologique de pop à la française :“Mademoiselle Nineteen”.

François Guibert

(23 juin 2012)

(1) : avec aussi à l’affiche ce soir-là, Marc Morgan & Les Obstacles, Marie France & Les Fantômes, Benjamin Schoos.



Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Sam 1 Déc - 22:23







Nouvelle page (avec chronique détaillée)
« MARIE FRANCE
dans “LE PROLONGEMENT DE MOI” (2012),
film de STEVE CATIEAU »



sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-dans--g-LE-PROLONGEMENT-DE-MOI-g---k1-2012-k2-%2C-film_serie-de-STEVE-CATIEAU-.-.htm





•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••






Avant-première du film/websérie “LE PROLONGEMENT DE MOI”

le mercredi 7 novembre 2012
aux ATELIERS VARAN (Paris)


en compagnie du réalisateur, des acteurs et actrices et de l’équipe technique du film :



Avec “Le prolongement de moi”, Steve Catieau réalise une œuvre digne et intéressante, tournée en mars 2012, sur un sujet atypique, peu voire guère traité jusqu’à présent dans le cinéma français.

D’une durée totale de cinquante-six minutes, ce film décrit, raconte, met en perspective le désamour ou en tout cas le manque d’intérêt — et le degré d’intensité de celui-ci — qu’éprouve une jeune mère, Helena (jouée par Lorène Devienne), pour son fils. Et le mélange de sentiments contradictoires et d’interrogations internes que cela provoque en elle : culpabilité, détachement, remords, continuer à être à fond dans la vie active, mener son quotidien de femme comme elle en a envie avec les hommes, non-désir de vouloir se marier ou d’avoir un deuxième enfant, etc.

Pendant la quasi-totalité de cette websérie (1), le fils de Helena a l’âge d’un bébé de quelques mois, ou peut-être 1, 2 ou 3 ans. On le voit très peu à l’écran mais il est le sujet principal des dialogues entre les personnages.

Dans sa filmographie, c’est la première fois que Marie France interprète le rôle d’une mère, Gema (la maman de Helena). Elle figure dans deux scènes, chacune étant tournée en intérieur.

Dans la première scène (une dizaine de minutes après le début), il s’agit d’une discussion entre mère et fille. Nous sommes dans la cuisine de Gema, robe échancrée et élégante de ville, cheveux attachés, collier de perles au cou. Enthousiaste et épanouie, elle dit à sa fille Helena combien son enfant lui ressemble, qu’il est tout son portrait. Qu’elle est si heureuse (en tant que maman de Helena) que ce petit être fasse partie de sa famille. De son côté, Helena, comme gênée et perturbée par ces compliments, s’attarde de façon inconsciente sur des préoccupations 100 % terre à terre : chercher les couverts, etc.

La seconde scène où figure Marie France est située vers le premier tiers du film. Il s’agit d’une discussion téléphonique entre son personnage, Gema, et Ludovic (interprété par Olivier Nicklaus). Ce dernier, dont on devine le profil de Parisien clubber branché, est l’un des bons amis de Helena, doté d’un esprit ironique et joyeusement désabusé. Il est un peu le confident de Helena, son, disons, conseiller-consultant sentimental improvisé, en mode “relax man” distingué. Helena et Ludovic sont filmés chacun dans leur propre logement (photos ci-dessous).

Dans cette scène, quand Ludovic décroche le téléphone et qu’il entend que c’est Gema au bout du fil, il semble flatté de l’intérêt qu’elle lui porte. Et aussi on sent que, bon, comme c’est la maman de Helena, il faut quand même bien l’écouter même si ça ne le passionne pas outre-mesure. Mais qu’il l’aime bien et qu’il s'est attaché à elle.

Dans cette seconde scène, dos à la fenêtre de son appartement parisien (ça sent le 1er ou 6e arrondissement) en pleine journée, Gema demeure — comme dans la première scène mais avec une autre tenue — une Parisienne toujours impeccablement chic.

Comme toujours, Marie France est en pleine possession de son charme ultra magnétique. Avec subtilité et en y mettant son innée Rock’n’Roll Queen touch, elle joue une Gema pimpante, charmeuse en diable, souriante, positive, raffinée, les cheveux souples et ondulés, extrêmement coquette. Et pleine d’humour. Par exemple, la phrase dans la première scène où elle parle d’un dinosaure-jouet en disant d’un ton mi-détaché mi-comique que « c’est pas donné, ce genre de babioles ». Ou encore lorsque, en tant que Gema, elle dit : « Aah, Ludovic ! J’aimerais tant vous avoir comme gendre. »

Marie France a bien sûr assisté à l’une des trois projections (celle de 21h) du “Prolongement de moi”, lors de cette avant-première.

Cette soirée, très conviviale, simple, chaleureuse, sans aucun chichis, était ouverte à toutes les personnes qui le désiraient. Bravo à Steve Catieau et son équipe pour son déroulement impeccable et tranquille. Et encore plus, bien sûr, avant tout, pour le film “Le prolongement de moi”.

François Guibert

(1er décembre 2012)

(1) : un épisode est mis en ligne chaque mercredi à 20h depuis mi-novembre 2012 sur le site officiel du “Prolongement de moi” :
http://leprolongementdemoi.com/



Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Jeu 7 Mar - 12:39




• MARIE FRANCE & LES FANTÔMES


seront en concert

le samedi 18 mai 2013 à 22h30

au RÉSERVOIR
(16 rue de la Forge-Royale) à PARIS 11e.





• Annonce vidéo du concert sur ce lien (à copier-coller) :
http://www.youtube.com/watch?v=9_ITSqSoT-E





•••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Page spéciale
« Compte rendu détaillé du concert de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES
+ BENJAMIN SCHOOS le 9 mai 2012 au Réservoir (Paris) »


sur ce lien à copier-coller :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-%26-LES-FANTOMES-et-BENJAMIN-SCHOOS-le-9-mai-2012-au-RESERVOIR--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Dim 28 Avr - 21:37




Nouvelle page spéciale

« Film-documentaire “BAMBI” (2013) de SÉBASTIEN LIFSHITZ :
impressions »

en ligne sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Film_documentaire--g-BAMBI-g---k1-2013-k2--de-SEBASTIEN-LIFSHITZ--d--impressions-.-.htm





•••••••••••••••••••••••




Avant-première du film-documentaire “BAMBI” (2013) de SEBASTIEN LIFSHITZ
en présence de ce dernier et de BAMBI

Jeudi 25 avril 2013 au Gaumont Opéra (Paris) :


« Je suis très heureux de voir cette salle pleine », déclare Sébastien Lifshitz, réalisateur de ce documentaire consacré à Bambi, aux côtés de cette dernière, face aux quatre cents spectateurs et spectatrices (dont Marie France, cheveux blonds ondulés, radieuse et charismatique). « Je remercie Bambi du fond du cœur, poursuit-il. Faire un documentaire où l’on raconte sa vie, c’est s’exposer, se dévoiler, et Bambi a joué le jeu. Nous sommes allés sur les terres de son enfance, en Algérie, aux Issers. »


Bambi prend ensuite la parole et le micro : « Je remercie à mon tour Sébastien. Car participer à ce film m’a donné l’occasion de vivre quelque chose de nouveau. Ce n’est pas évident de se raconter, de parler de soi. Il a su s’y prendre. Merci à lui de m’avoir permis de m’exprimer. »

En guise de générique, avec en bande son le titre “Qu’on est bien” chanté par Bambi, défilent des images d’archives Super 8 en couleur de Bambi dans les années 1960 et 1970.

Première image du film : sous un ciel bleu éclatant, vêtue d’un imperméable beige, de dos et sur un bateau en mer, Bambi en 2012 regardant sa terre natale, l’Algérie, à quelques centaines de mètres.

Tout au long de ces soixantes minutes, Sébastien Lifshitz alterne par un montage minutieux et soigné images d’archives et séquences d’un long et très intéressant entretien (de face, assise dans un appartement, puis à la fin du film dans une salle de classe) de Bambi en 2012, découpé en de nombreuses séquences.

Durant ce documentaire, on découvre une multitude d’images rares, filmées aussi en Super 8. On y voit Bambi ainsi que ses collègues et amies de cabaret, dans les loges, sur scène, en train de chanter, chez Madame Arthur, au Carrousel, dans les rues de Paris.

« J’avais un désespoir en moi. (…) Lorsque j’étais enfant, je voulais coudre, tricoter, faire des petits napperons, broder. (…) J’ai cessé de me voir comme on me percevait pour me voir autrement, moi-même. C’était un grand travail de construction, de reconstruction, qui allait durer jusqu’à mes 18 ans. »

On voit ensuite Bambi au volant d’une voiture, rouler sur une autoroute pour entrer dans la ville, Les Issers (et ses environs), où elle a vécu dans sa jeunesse. « Alors franchement, c’est tellement moderne que je ne reconnais rien du tout. » Après quelques hésitations et recherches, « c’est ma rue », dit-elle.

À l’évidence, elle est submergée d’émotions — comme à chaque séquence où, filmée par Sébastien Lifshitz, on la voit aujourd’hui marcher dans ces rues et ces lieux qu’elle n’avait pas revus depuis de nombreuses années.

On la voit frôler avec sa main, toucher les murs d’un garage à la peinture usée. « C’est le garage de mon père. Ma chambre d’enfant était située juste derrière. Dans cette chambre, il y avait une fenêtre qui donnait sur le large. J’ai beaucoup rêvé, pensé, imaginé dans cette chambre. C’est là que j’ai pris toutes les décisions capitales de ma vie. »

Bambi raconte ensuite qu’elle a fait la connaissance d’une femme, Rosette, tout de suite compréhensive vis-à-vis d’elle, et qui tenait un bar. Elle a dit à Bambi : « Et si vous commenciez par être serveuse au bar ? » Chose que Bambi accepte bien volontiers. Là, elle fait la rencontre de Ludo, qui sera son premier amour (malheureux) et qui, par certaines paroles, blessera à vie la jeune Bambi.

On entend ensuite en bande son la chanson “Chercher la femme” interprétée par Coccinelle, ainsi que des séquences d’archives couleur représenant celle-ci et la troupe du Carrousel en représentation. « En 1952, la troupe du Carrousel de Paris se produit au casino de la Corniche, à Alger. Rosette me dit “Dans cette troupe, il y a Coccinelle, une petite Parisienne extraordinaire”, et propose de m’y emmener. Je trouve le spectacle étourdissant. Ça a été une bouffée d’oxygène, une certitude. J’avais trouvé ce que, dans mon esprit, je n’arrivais pas à définir. Tout ce qui était pour moi du domaine du rêve devenait enfin réalisable. »

Bambi raconte ensuite qu’elle discute avec sa maman et que pour elle (Bambi), c’est une évidence : il faut qu’elle aille vivre à Paris. Sa mère accepte, constatant la détermination de Bambi. « Arrivée à Paris, poursuit Bambi, je suis allée voir le directeur du Carrousel qui me dit :
“Tu as quel âge ? Tu sais chanter ?”
– Non
“Tu sais danser ?”
– Non.
“Bon, disait-il en riant, c’est pas grave. Tu vas débuter chez Madame Arthur". »

« Au début, le climat me faisait horreur à Paris, je trouvais le froid épouvantable. (…) J’ai alors beaucoup à découvrir. Je me découvre moi-même. Je me découvre chanteuse. Chez Madame Arthur, je chantais un titre à minuit moins le quart puis un autre à 4h du matin. C’est tout ce que je faisais pour l’instant. (…) De toute façon, il n’y avait pas le choix : soit on travaillait au Carrousel, soit on vivait de ses charmes. »

À intervalles réguliers, au cours du documentaire, on entend des chansons interprétées par Bambi ou par Coccinelle, dont une qui dit entre autres : « Il vous faudrait une femme / Mais pas n’importe laquelle / (…) Une femme que vous pourriez garder à la maison / (…) Une femme comme moi »

Plusieurs séquences des coulisses de chez Madame Arthur ou du Carrousel, filmées en couleurs et en Super 8, montrent l’ambiance artisanale, primesautière et survoltée qui y régnait. Avec aussi les inévitables mais sympathiques chamailleries et tacites rivalités féminines.

« Dans les loges, il y avait beaucoup de zizanie mais aussi de mots d’esprits : j’étais en-chan-tée ! Ça me faisait rire, elles se picotaient les unes les autres. On se disait qu’on n’était pas jalouses, mais au fond de nous, on l’était », dit Bambi, sur un ton astucieux et souriant. « Lorsqu’on rentrait dans cette loge et qu’on avait parfois le moral complètement à plat, les ennuis disparaissaient aussitôt pour ne recommencer qu’à la sortie du cabaret. (…) Je veux bien ne pas choquer la société mais je veux qu’on me laisse vivre ma vie. C'est cette résistance qui a vaincu, en quelque sorte, les résistances de la société. Ça, je l’ai toujours en moi aujourd’hui. »

Au fil de ses prestations dans les cabarets, Bambi remporte un vif succès. « Ça joue un grand rôle, la réputation, le fait qu’on parle beaucoup de vous. » Bambi raconte qu’elle a fait venir sa maman à Paris pour lui montrer ce qu’était réellement le Carrousel, l’endroit où elle travaillait, et que ce n’était pas un lieu de “dépravation” comme sa maman devait l’imaginer. « Ma mère est arrivée à Paris avec sa sœur. Lorsque je suis entrée en scène, j’ai vu ma mère pleurer. Ça ne m’a pas du tout intimidée. » Bambi dit qu’au contraire, elle a du coup chanté avec plus de force et d’allant. « Il a fallu que ma mère, tout au long de sa vie, supporte le regard des autres, de la famille, ce qu’on lui disait de moi. Je ne sais pas si ma mère a compris. Je ne le saurai jamais, elle ne m’en a jamais parlé. »

Bambi évoque aussi la rencontre avec son amie, Ute, l’une des personnes primordiales de sa vie. « Elle avait de grands yeux. Ute était un spectacle à elle toute seule. Lorsqu’on dansait ensemble, c’était une attraction mystérieuse, presque scandaleuse. Je me scandalisais presque moi-même. Pourtant, je ne voulais pas faire de provocations. Je voulais vivre ma vie, c’est tout. » Bambi dit qu’elle « n’imagine pas la vie sans Ute », avec qui elle continue de vivre au quotidien.

Autre élément important de ce film : l’humour espiègle, spontané, frondeur et farceur avec lequel parfois Bambi raconte des anecdotes. Ainsi, à propos du temps qui passe, elle raconte qu'« il y avait un monsieur qui venait régulièrement me voir sur scène et qui m’a dit un jour : “Tiens, voilà la vieille gloire !” Je n’avais que 26 ans. » Et elle savait qu’elle était, malgré cette remarque potache et balourde, en pleine possession de ses charmes.

Elle dit également, avec ses propres mots, qu’on sait bien que la jeunesse n’est pas éternelle, que c’est ainsi. Et qu’elle, Bambi, ne pourrait rester indéfiniment au cabaret. « Aussi, en 1968, je passe le baccalauréat et la licence. Et me voilà salariée de l’Éducation nationale dans la banlieue de Strasbourg. Je pars là-bas avec armes et bagages. »

On retrouve Bambi interviewée toujours en 2012 par Sébastien Lifshitz. Cette fois, elle est dans une salle (vide) de classe. Sans aucun doute s’agit-il du collège Pablo-Picasso de Garges-les-Gonesse (Val-d’Oise), où elle a enseigné dans les années 1970, 1980 et 1990. Bambi dit alors que, durant sa carrière d’enseignante, la principale chose qu’elle redoutait, c’était qu’un élève, un parent d’élève, un professeur lui dise soudainement : « Mais je vous ai déjà vu, vous n’êtes pas Bambi du Carrousel (ou de chez Madame Arthur) de Paris ? »

Elle dit qu’elle guettait le moindre regard appuyé ou interrogatif, un soulèvement de sourcil, un air intrigué, etc. Mais cela n’est jamais arrivé. « Quelque chose me protégeait de façon fondamentale : c’est que personne, absolument personne, ne pouvait imaginer qu’on pouvait sortir du Carrousel de Paris et entrer ensuite à l’Éducation nationale ! » (rires de Bambi lors de cette interview, toute la salle rigole plein pot — comme à plusieurs reprises lors de la projection)

« Pendant vingt-neuf ans, j’ai adoré enseigner. Pour moi, c’était essayer de montrer qui on est, ce qu'on veut au plus profond de soi. »


François Guibert

(28 avril 2013)





Le film-documentaire “BAMBI” (2013) de SEBASTIEN LIFSHITZ sera diffusé le 4 juin 2013 à 22h35 sur Canal +.

Il sortira en salles le 19 juin 2013 au MK2 Beaubourg (Paris), puis en DVD le 25 juin 2013.


Bande annonce officielle sur ce lien (à copier-coller)
:
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-vmpFh0ssDI



Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Mar 30 Avr - 21:05




Page spéciale
(en construction jusqu'à fin mai)


« MARIE FRANCE & LES FANTÔMES
jouent l'album “39 DE FIEVRE”
le 18 mai 2013 au RESERVOIR (Paris) »


sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-et-LES-FANTOMES-jouent-l-h-album--g-39-DE-FIEVRE-g--le-18-mai-2013-au-RESERVOIR--k1-Paris-k2--.-.htm








Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Sam 4 Mai - 21:21




Nouvelle annonce vidéo 100 % “39 DE FIEVRE”

« MARIE FRANCE et les FANTÔMES
jouent l’album “39 DE FIÈVRE”
le 18 mai 2013 au RESERVOIR (Paris) »



sur ce lien (à copier-coller) :

http://www.youtube.com/watch?v=g0hrqHye1vE


Avec des extraits audio des quatorze titres de cet album.

Tous ces morceaux seront joués ce soir-là.






MARIE FRANCE & LES FANTÔMES

en concert le samedi 18 mai 2013 à 22h30

au RESERVOIR


(16 rue de la Forge Royale)
à PARIS 11e
(métro Ledru-Rollin).


ENTREE LIBRE.



Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Naftusia
En effeuillant la marguerite


Féminin
Nombre de messages : 490
Age : 29
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Mar 7 Mai - 12:42

Super!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Mar 21 Mai - 20:05





© Philippe Lambert
(11 mai 2013 à Ans)




Page spéciale

« Compte rendu détaillé du concert

de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES

qui jouent l'album “39 DE FIÈVRE”

le 18 mai 2013 au RÉSERVOIR (Paris) »


sur ce lien à copier-coller :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-et-LES-FANTOMES-jouent-l-h-album--g-39-DE-FIEVRE-g--le-18-mai-2013-au-RESERVOIR--k1-Paris-k2--.-.htm





© Fabien MacRa
(18 mai 2013)



••••••••••••••••••••




© Sabino Orsini
(11 mai 2013 à Ans)



MARIE FRANCE 
& LES FANTÔMES



jouent l’intégralité 
de l’album “39 de fièvre”



le samedi 18 mai 2013 

au RÉSERVOIR (Paris) :




Ce 18 mai de 22h30 à 23h50, Marie France 
& Les Fantômes concrétisent un rêve incroyable, 
un fantasme de dingofan de rock et roll en français d’inspiration sixties : ils interprètent en live l’intégralité de l’album “39 de fièvre”. Chose qu’elle n’a pas faite depuis ses concerts au Palace et au Bataclan en 1981.

En concert, elle chante très régulièrement “Le diable en personne”, “Chez moi à Paris” et “39 de fièvre”, en acoustique ou en électrique, mais jamais les onze autres morceaux. Elle avait toutefois aussi interprété “Dansons” lors de son spectacle “Marie France et ses passions” le 1er mai 2008 à la “Foire de Paris”.

Marie France a enregistré ce disque majeur et incontournable en 1981. Trois membres de Bijou figurent à ses côtés sur ce vinyle (réédité en CD en 2000) : Vincent Palmer (guitares, arrangements, plus quelques basses), Dynamite Yan (batterie) et Jean-William Thoury (réalisateur, parolier ici de cinq textes). Philippe Guyot — qui, plus tard, fera partie du groupe Dennis' Twist — joue quant à lui de la basse.

“39 de fièvre” est le chef-d’œuvre absolu et parfait de plus de cinq décennies de rock’n’roll en français, avec “Johnny, reviens ! Les rocks les plus terribles” (1964) de Hallyday. D’ailleurs, ce show de Marie France ce soir, c’est exactement comme si, par exemple, en juin 2013, rêvons un peu, Johnny Hallyday allait chanter à Bercy les 14, 15 et 16 juin 2013 toutes les chansons desdits “Rocks les plus terribles”.

22h30 pile poil : Jampur Fraize et Marc Wathieu (guitares), Pascal “Scalp” Schyns (basse), Jérôme Danthinne (batterie) et Marc Bouille (chœurs) démarrent sur les chapeaux de roues avec l’intro de “Chez moi à Paris”.

Souveraine, majestueuse, ultra charismatique, ample chevelure blonde, Marie France est au micro sur le devant de la scène. « J’ai roulé ma bosse, j’ai vu tout un tas de pays (de pays !) / Et du sud au nord, tout le monde connaît bien Marie (oh Marie !) », etc. : c’est parti pour une heure quinze d’un show anthologique de rock’n’roll sauvage matîné d’esprit yé-yé, avec aussi des slows (“Trop tard”, “Pas cette chanson”).

Le son est excellent, et les guitares limpides. Cela sera comme ça jusqu’à la fin du set. Ça s’entend que Jampur Fraize a grandi à l’école Wilko Johnson (entre autres), l’une des nombreuses influences majeures de Vincent Palmer. Il envoie donc très régulièrement des décharges nerveuses pub rock acérées, soit en guitare rythmique, soit en solo. Tout cela en parfait complément avec la six-cordes rock’n’roll pop aiguisée de Marc Wathieu.

Sur scène (et hors scène), par sa présence incendiaire, sa voix torride, Marie France irradie. Dans sa façon d’être, de se mouvoir, de chanter, de ressentir et vivre les choses, elle a en elle, de façon spontanée et innée, une rock’n’roll attitude du tonnerre. À un moment (sur “Le diable en personne”), elle joue debout avec son pied de micro comme, par exemple, Johnny Hallyday l’a fait mais version “allongé sur le sol” pendant son improvisation sur “Deux étrangers” lors de son show 2012.

« J’ai enregistré cet album en 1981. Ça fait… trente-deux ans ! Donc ça veut dire que je vais le rechanter dans trente-deux ans ?! »,
lance sur un ton mutin Marie France.

Au tour de “Chanson magique” : notre miss et son gang belge revisite cet irrésistible classique de Cliff Richard & Les The Shadows. Sur des sons de guitare doing dongue doing à la Hank Marvin, Marie France chante ce qui pourrait être sa devise : « Ma seule joie réelle, c’est le rock’n’roll ! »

Arrive la ballade “Avec toi”, et l’on constate donc, de visu et avec plaisir, que les quatorze chansons seront bel et bien jouées dans l’ordre exact du disque. C’est parfait comme cela. Car ce déroulement est idéal, parfaitement ajusté, alternant originaux et reprises, ballades déchirantes (“Avec toi”, “Pas cette chanson”), slow poignant (“Trop tard”) et rocks des plus furieux. À l’évidence, ce tracklisting impeccable a été élaboré avec pertinence et mûre réflexion par Jean-William Thoury au moment où se finalisait ce 33 tours.

D’ailleurs, présent tout près de la scène sur le côté gauche, se trouve le même Jean-William Thoury. Il est le maître d’œuvre façon Phil Spector (uniquement du point de vue artistique, sans le côté extramusical de ce dernier) de l’album “39 de fièvre”. À plusieurs reprises, Marie France le désigne amicalement du doigt, en guise de clin d’œil.

Elle le présente au public, en disant que c’est lui qui a réalisé le disque et qu’il est l’auteur de plusieurs textes du disque : “Chez moi à Paris”, “(La vie me chante) Ouh la la la”, “Comme les autres”, “Trop tard” et une adaptation francisée de “Lucille” de Little Richard (“Youri”).

En intro de “(La vie me chante) Ouh la la la”, elle l’interpelle en disant : « Tu te souviens, Jean-William ? Quand on a enregistré le disque, on avait dédié une chanson à chacun des musiciens. » Avec “Comme les autres”, ce morceau est sans aucun doute le plus pop, bien qu’il soit doté d’un esprit 100 % rock’n’roll, du set et du disque “39 de fièvre”.

Avec toute sa fougue à la Wanda Jackson ambiance “Fujiyama Mama” des années 1950, Marie France envoie a cappella la phrase « Ta mère dit non ! », aussitôt suivie par la frappe du batteur Jérôme Danthinne. Puis « Ton père dit non / Ton frère dit non / Ils peuvent bien me dire non / Mais toi dis-moi oui » (etc.).

Et hop, c’est “Dis-moi oui”, rock’n’roll popularisé en 1963 par Jean-Philippe Smet. Sauf que Marie France le chante largement mieux que cette version masculine JH de 1963 (et c’est déjà le cas dès 1981 avec sa reprise studio sur “39 de fièvre”). Ils rallongent le morceau afin que l’ambiance monte encore plus dans la salle. Et durant ces solos improvisés, Marie France en en profite pour présenter chacun des quatre musiciens ainsi que le choriste et nouveau venu Marc Bouille.

Dans l’album “39 de fièvre”, les chœurs altiers, hyper clairs, euphoriques et entraînants des frères Georges et Michel Costa occupent une place primordiale, récurrente et indispensable. Aussi, pour l’occasion, le musicien belge Marc Bouille a rejoint les Fantômes en tant que choriste masculin.

À son tour, sur quasiment chaque couplet ou en tout cas tous les refrains, Marc entonne ces irrésistibles « aaaaah », « ouh ! ouh ! » et autres « wap doo wap » qui épicent avec ravissement tous ces morceaux rock’n’roll. Cela leur donne encore plus une tonalité “à la française”, et c’est génial.

Par son atmosphère tourmentée et mélancolique, “Pas cette chanson” bouleverse. « Ne joue pas cet air-là / Qui me rappelle autrefois / Oublie-le s’il le faut / Ne touche pas à ce banjo » : Marie France remplace ici « piano » par « banjo » pour que le texte soit raccord avec la guitare de Marc Wathieu qu’elle désigne du doigt.

Semblant avoir les yeux un peu mouillés pendant cette chanson, Marie France (c’est tout autant le cas pour les titres au rythme rapide) vit pleinement le texte et les mots qu’elle chante. Tout comme sur “Trop tard”, elle danse avec Marc Bouille, heureux veinard, quelques pas de slow façon “surpats” des sixties (au Bus Palladium, au Rock’n’Roll Circus ou tout autre dancing parisien qu’elle fréquentait alors de façon assidue). Au même moment, Jampur & Marc assurent un solo électrique comme s'ils jouaient dans une ambiance tamisée.

À la fin, maîtresse de la scène, raccord avec les mots du refrain, elle dit : « Oh non, pas cette chanson, à chaque fois elle me fait le même effet. » Pour signifier au public que cela remue des souvenirs en elle.

“Le diable en personne” (“Shakin All Over”) : encore un rock’n’roll 1 2 3 4 carré aux paroles aussi incendiaires que “39 de fièvre”. La descente-gimmick maléfique de guitares couplée à la rythmique vaudou’n’roll évoque beaucoup plus l’ensorcelante et chef-d’œuvresque version 1961 de Vince Taylor et ses Play-boys, que l’original pré-hard rock pop étriqué de Johnny Kidd & The Pirates. Du grand art que “Shakin All Over” en version française par Marie France, accompagnée par Bijou ou par Les Fantômes.

Sur “Comme les autres”, Marie France chante la phrase « Toutes les autres filles / Vont au théâtre / En manteau de vison — berk ! », avec un petit geste balayeur de la main au moment où elle dit le mot « berk ! », tout en glissant un nouveau clin d'œil en direction Jean-William Thoury (auteur du texte).

Vocalement, tout au long du concert, Marie France fait des merveilles. Elle reprend les mêmes intonations, de façon spontanée, que celles qu’elle a sur le disque. Par exemple, les couplets et refrains de ce “Comme les autres” aux voix très fines et aiguës, le refrain de “(La vie me chante) Ouh la la la”, etc. Et aussi les différentes facettes de sa voix, déchaînée, langoureuse, sensuelle, parfois tout cela à la fois. Et toujours avec sa propre griffe, typiquement Marie France, unique. Le solo de clavier joué par Palmer sur le disque est ici remplacé par un solo de guitare de Marc.

Pour “Dansons”, Marie France pulvérise la gentillette adaptation jazzy neuneu de Sylvie & Eddie Vartan. Elle transforme cette chanson yé-yé en un rock’n’roll carré et échevelé, à l’énergie punk.

Composition originale de Vincent Palmer (paroles de JWT), “Trop tard” est le slow absolu qui tue, façon “Derniers baisers” de Mike Shannon & Les Chats Sauvages, en encore plus captivant. “Trop tard” permet à Marie France de montrer au public sa passion pour les chansons langoureuses des années 1960.

“Chéri ce s’ra moi” est joué et chanté de manière démoniaque, avec orgie de sons de guitares électriques, rythmes basse/batterie effrenés. De sa voix chaude, aiguë et ultra sensuelle, Marie France chante des phrases comme « Si tu reçois une lettre parfumée / Si tu cherches à savoir de qui elle est / Chéri ce s’ra moi / Oh chéri ce s’ra moi », c’est comme un appel direct au shake, rattle & roll.

En prime, ici elle envoie un « wwwwoouuuuuh !!!! » avant un solo de guitare. Là, elle se déhanche, souple, féline, auprès de Marc ou Jampur quand ils font leurs solos. Le rock, c’est ça !

“Youri” est joyeusement dans le même esprit. Toutefois, les guitares sont volontairement plus “disciplinées”, c’est-à-dire plus pub rock, rythmiques. Elles s’arrêtent net à chaque fin de vers pour reprendre quelques secondes après (et ainsi de suite).

Les chœurs de Marc Bouille sont bien chouettos car ils complètent efficacement les couplets. Il chante ainsi en même temps que Marie France, en guise de seconde voix, des phrases telles que « Youri, c’est si doux quand t’as dis oui », « Youri, ah combien l’attente est longue”, et ça sonne super top.

Marie France hurle à deux reprises un cri primal de rock’n’roll woman avant chaque solo de Marc Wathieu. Elle chante avec un phrasé saccadé et rageur le début du refrain : « Je crois que c’est le moment / Youri faut que tu saches / Ah que j’t’épouse sur l’heure / Il ne faut plus qu’on se cache »

Après “39 de fièvre” (la chanson cette fois), vient de la “Dynamite” au tempo infernal et trépidant. Une cavalcade bien réjouissante, avec la diction claire et joyeuse de Marie France. Avec les musiciens, elle prolonge ce titre (par rapport à la version studio de deux minutes) en rechantant une seconde fois les deux ou trois deniers couplets. À la toute fin, résonne le boom sonore de la frappe du batteur Jérôme Danthinne.

Le rappel : « On passe maintenant à un autre auteur, Jacques Duvall. On dit... On dit que c’est le premier 45 tours punk... français : “Déréglée” ! » Les Fantômes jouent de manière beaucoup plus carrée que l’original 1977 ce standard underground, toujours très prisé (parfois plus que l’album “39 de fièvre”, à tort) par les adeptes français ou étrange de musique garage francophone.

« Je suis très heureuse d’être ici avec vous ce soir, de vous revoir enfin. Il y a plein d’amis, de vrais amis dans la salle, des fans. Il y a ici un fan qui, depuis qu’il m’a vue la première fois en 2002, est présent, toujours, à chacun de mes concerts, au premier rang, c’est François Guibert. Voici une chanson extraite de l’album “Phantom Featuring Marie France”, paru en 2008 : “Les nanas”. » Marie France et les Fantômes jouent ce rock’n’roll blues chouettement et éminemment féministe.

Puis ils enchaînent avec le tubesque “Le détecteur de mensonges”, extrait de l’album “Kiss” (2012). Les paroles sont de Jacques Duvall, les musiques de Benjamin Schoos. Marie France présente au public ce dernier, maître loyal de Freaksville Record. Il monte sur scène à ses côtés quelques instants pour recevoir les salutations enthousiastes du public.

Sans Benjamin Schoos, il n'y aurait pu y avoir toute cette formidable et excitante épopée vécue entre Marie France et les Phantom/Fantômes/Loved Drones depuis leur rencontre scénique le 20 décembre 2006 au Klub (Paris).

Puis la Reine du rock’n’roll et son gang reprennent le titre qui a ouvert le show : “Chez moi à Paris” (paroles de JWT, musique de Dynamite Yan). Marie France descend dans la salle, micro en main, pour interpréter au milieu des spectateurs cette ode rock’n’roll à la Ville Lumière.

Ils prolongent spontanément de plusieurs minutes cette chanson avec Marie France qui fait chanter tour à tour dans le micro à une dizaine de personnes le refrain « Chez moi à Paris ! Chez moi à Paris ! ».

Une heure et quart historique de rock’n’roll vivant et dynamique, gravée pour toujours dans le cœur, le cerveau et l’âme. Il faut absolument que Les Fantômes continuent de donner le plus de concerts possible avec La Chanteuse Ultime de rock’n’roll.

François Guibert

(20 mai 2013)

N.B. : dans la salle étaient également présents Yan Péchin, Jean-Eric Perrin, Alex Rossi, Arnold Turboust, Fifi Chachnil, Isobel Mendelson et bien d’autres.







••••••••••••••••••••




© Pascal Renier
(11 mai 2013, à Ans)



Ci-dessus : BENJAMIN SCHOOS en première partie (en solo)
de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES le 11 mai 2013 à Ans.

Il a interprété en solo :
“Les nanas”,
“Trop de boucan”,
“Ma puce”,
“Que sont-ils devenus ?”,
“Le long de la voie ferrée”,
“Le cri”,
“C'est toi”
(paroles de Jacques Duvall,
musiques de Benjamin Schoos).
Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Lun 1 Juil - 20:16




Nouvelle page spéciale

« MARIE FRANCE “au coeur de la musique”

dans le magazine “PARIS MONTMARTRE” (été 2013) »

sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE--g-au-coeur-de-la-musique-g--dans--g-PARIS-MONTMARTRE-g---k1-ete-2013-k2--.-.htm




Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Ven 19 Juil - 19:58

En juin 2009, interviewée par Hélène Hazera, Marie France parle de son album "Marie France visite Bardot".

Et elle chante dix titres en live, accompagnée de ses musiciens (Valentine Duteil, Christophe Cravero, François Sabin) : "Invitango", "Noir et blanc", "Je me donne à qui me plaît", "Faite pour dormir", "Mélanie", "Les hommes endormis", "Les omnibus", "Sidonie", "Ciel de lit", "A la fin de l'été".

L'émission dans son intégralité est en écoute ici :
http://www.youtube.com/watch?v=2A9ILgU9kDE


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Jeu 8 Mai - 15:32





Nouvelle page spéciale

« Chronique détaillée du livre

“JACQUES DUVALL, LE CONTREBANDIER DE LA CHANSON”

(Éditions du Caïd, 2014) »


sur ce lien à copier-coller :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/-g-JACQUES-DUVALL%2C-le-contrebandier-de-la-chanson-g---k1-Editions-Caid%2C-2014-k2---d--chronique-du-livre-.-.htm





Ci-dessus :
Jacques Duvall et Marie France.


Par Jay Alanski (Bruxelles, 2002)






Commandez ce livre sur Jacques Duvall

sur le site des Editions du Caïd :


http://www.editionsducaid.com/fr/nouveautes.html







« Jacques Duvall's Book in my hands! So excited! »

Benjamin Schoos
(6 mai 2014)





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••








Livre “Jacques Duvall, le contrebandier de la chanson”


(Éditions du Caïd)

Ce livre est une bombe culturelle, littéraire et rock’n’roll. Dedans, il y a absolument tout concernant Jacques Duvall, l’homme, le parolier et le chanteur. Il ne manque rien : son parcours, ses artistes interprètes fétiches (Marie France, Lio, Alain Chamfort, entre autres), ses disques, ses marottes et obsessions depuis six décennies (dans la musique, le cinéma, la vie). Les multiples facettes de ce génial auteur-chanteur expert en désespoir sont passées au crible, et de manière enthousiasmante à lire.

Ce bouquin a vu le jour grâce à l’envie et l’énergie de l’équipe belge Freaksville Record. Il a été mis en route en juin 2013 (date à laquelle les premiers articles ont commencé à être rédigés) et imprimé en avril 2014. Pascal Schyns, bassiste de Marie France & Les Fantômes et des Loved Drones, qui dirige les Éditions du Caïd, a réalisé l’intégralité de la maquette.

La mise en page est sobre, claire, nette, simple. Hormis les chapos (présentations des articles) dotés d’un fond jaune flashy et de quelques visuels couleurs, le noir & blanc prédomine. Tout est au service des textes et des photos.

Les photos, justement. Toutes inédites, elles proviennent de la collection personnelle de Jacques, de Michel Clair, Jeep Novak, ainsi que d’autres personnes (Pascal Winkel, Michel Moers, Stéphanie Battiston…). Ou bien elles ont été prises par Pascal Schyns période Freaksville 2006/2013. Certaines sont issues de séances pour des pochettes de disques des années 1980 (45 tours “Je te hais”, album “Comme la romaine”, etc.). Mais celles publiées ici sont justement des prises “alternatives”.

Chaque article est d’une haute teneur rédactionnelle, toujours doté d’un point de vue argumenté, d’une vision personnelle. Tous les intervenants savent de quoi ils parlent et maîtrisent totalement leur sujet. Ils en parlent de manière compréhensible par toute personne qui se procurera le livre. Tous sont là pour servir et traiter au mieux, décortiquer de façon précise, exemples à l’appui, l’infinie thématique duvallesque.

Ainsi, Jean-Éric Perrin relate la création et l’enregistrement de “Pop Model” (1986). Il décrit le formidable contenu artistique de cet album majeur et à succès de Lio.

Dans le même état d’esprit, Thomas E. Florin retrace la genèse et l’enregistrement de “Hantises”, disque fondateur de 2006, point de départ de la connexion avec Freaksville. Michel Heynen, lui, se penche sur l’opus “Le cow-boy et la callgirl”.

Quand deux paroliers francophones majeurs se rencontrent : Jean-William Thoury converse avec Jacques à propos de ses premiers émois musicaux, ses interprètes, Serge Gainsbourg, l’écriture en français et en anglais, ou encore Elvis Presley.

Jean-Emmanuel Deluxe revient sur l’époque underground The Beautiful Losers de Jay Alanski. Il s’entretient également avec Jacques au sujet de Lio 1977/1983 et des “Lunettes noires” de Helena (LNA) Noguerra.

Olivier Monssens retrace les années Telex. Gilles Verlant explique, à travers deux articles, pourquoi Duvall est un « génie » (absolument, ce mot est écrit noir sur blanc par Verlant).

Avec une plume élégante et plutôt littéraire, Michel Heynen (article “Tous les chagrins mènent à Rome”) évoque les ambiances italiennes du 33 tours “Comme la romaine”.

Extraits de paroles à l’appui, Frédéric Pourbaix et Philippe Schoonbrood livrent chacun, dans deux articles différents (1), leur propre interprétation de la façon d’écrire de Duvall. Pourbaix consacre un autre article cette fois à “Swinging Jacques : Duvall et la langue de Sid Vicious”, donc lorsque le maestro a des envies d’écriture anglophone.

Les questions posées par Pierre Mikaïloff à l’auteur de “La fièvre dans le sang” ou du “Grand retour” sont toutes volontairement axées autour d’Alain Chamfort : comment la rencontre s’est faite, la manière dont ce tandem collabore, le fait de succéder à Gainsbourg, etc.

Juan d’Oultremont rédige un hallucinant et pourtant véridique reportage autour d’un tournage d’un clip amateur une nuit à Bruxelles. Où lorsque Duvall devient une sorte de Pierre Richard cowboy maudit et ensanglanté qui finit aux urgences.

En clôture du livre, Serge Coosemans met en avant les “trésors cachés” du parolier de Lio : films fantastiques (vampires, etc.) des années 1960, pin-ups, country music, disco (oui oui, le style musical disco).

Jampur Fraize propose une hilarante bande dessinée de quatre pages, très bien vue, tordante à lire : “Le jour où Duvall a dupé Kim Fowley”. Les dialogues, brillants et vifs, sont scénarisés et adaptés par Hilaire Picault à partir de vrais propos de Jacques. Outre Hagen Dierks (premier pseudo de Jacques Duvall), on reconnaît d’une case à l’autre Joan Jett, Cherrie Currie, une jeune femme parisienne “déréglée”, etc.

“…Le contrebandier de la chanson” est un ouvrage fantastique. Il captive et passionne de la première à la dernière page. Après une telle œuvre, dans l’avenir, il semble difficile voire impossible de faire mieux que cela, de façon aussi approfondie et vivante, en matière de livre sur Jacques Duvall.

François Guibert
(26 avril 2014),


rédacteur de trois articles :

— “Marie France & Duvall, ils ne se quitteront jamais” (huit pages),

— “Freaksville, la nouvelle équipe de Duvall” (sept pages),

— “Le premier concert parisien de Duvall chanteur : Le Klub, 20 décembre 2006” (six pages)

(pour autant, hors de question que je m’interdise de chroniquer ce livre, qui est un travail collectif de passionnés)

(1) : “De la garce à l’imploreuse : dans les méandres des vils vinyles de Duvall” pour Frédéric Pourbaix, “Le réfugié solitaire” pour Philippe Schoonbrood.























Ci-dessous :
Marie France et Jacques Duvall
(sur la scène du Botanique à Bruxelles,
15 mai 2008).


« Jacques Duvall : j'aime tant ses mots. »

Marie France
(18 avril 2014)


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Mar 24 Fév - 20:30




• Page spéciale


« MARIE FRANCE (tableau “MMM”, Marlene Dietrich & Marilyn Monroe)

dans les “MUGLER FOLLIES” du 10 décembre 2013 au 31 janvier 2015 au COMEDIA (Paris) :

compte rendu détaillé »



sur ce lien :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE--k1-tableau--g-MMM-g-%2C-Marlene-Dietrich-et-Marilyn-Monroe-k2--dans-les--g-MUGLER-FOLLIES-g--du-10-decembre-2013-au-31-janvier-2015-au-COMEDIA--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••






MARIE FRANCE (tableau “MMM”)

dans les “MUGLER FOLLIES”

du 10 décembre 2013 au 31 janvier 2015

au COMEDIA (Paris)


(spectacle vu le samedi 14 décembre 2013,
ainsi que les dimanches 13 avril et 21 septembre 2014)
:


Durant douze mois, quatre à six soirs par semaine, Marie France était sur scène dans les “Mugler Follies” au Comedia (Paris).

Dans les “Mugler Follies”, Marie France incarne de manière hyper vivante Marlene Dietrich et Marilyn Monroe sur les planches du Comedia (Paris).

Elle apparaît environ trente-cinq minutes après le début du show. Son tableau est intitulé “MMM” (1) : « “M” pour Marlene, “M” pour Marilyn et “M” pour Marie France ! », précise-t-elle au cours de celui-ci.

Elle entre en scène sur un léger air d’accordéon typiquement parisien. « Halo, dit-elle d’une voix langoureuse et suave, en prenant un accent allemand. This is a song very closed to my heart. It’s a song against war. Every war. C’est une chanson très chère à mon cœur, une chanson contre la guerre, toutes les guerres. »

Elle interprète “Où vont les fleurs ?”, une chanson-phare du répertoire de Marlene Dietrich. Elle a d’ailleurs ici un regard, des cils, sourcils et une coiffure similaires à ceux de Lili M.

La robe scintillante qu’elle porte sur scène a été conçue spécialement pour elle. Brodée sur son corps par Mr Pearl, un “maître corsetier”. En référence à une parure mondialement connue de la Dietrich.

Le premier couplet est en anglais, le deuxième en allemand (avec l’accent germano-américain, particulier et spécifique de miss Marlene). Et le troisième en français.

L’accompagnement musical dans la sonorisation est sobre : guitare acoustique et quelques éléments de percussions synthétiques. À l’unisson avec la voix émue de Marie France.

À l’instar de son album et son spectacle consacrés à Brigitte Bardot (en 2009 et 2010), elle n’est jamais dans la parodie ou le pastiche. Au contraire, elle interprète cette chanson avec cœur, sincérité et respect pour sa créatrice originelle.

Puis en quatre ou cinq secondes, par quelques gestuelles, un déhanchement et des intonations vocales, elle devient Marilyn. Deux “boys” habillés en pompiers l’entourent alors.

Dans cette seconde chanson, la rockeuse fétiche de Freaksville Record évoque l’actrice de “Certains l’aiment chaud” (entre autres films mais celui-ci particulièrement, dans l’état d’esprit enjoué).

Manfred T. Mugler signe les paroles. La musique, composée par Roger Loubet et Mugler, est dans l’esprit “music-hall & grand orchestre”. Un peu dans le style des compositions qu’a conçues Frédéric Botton pour elle sur l’album “Raretés” (2006).

Quelques mots de cette chanson, interprétés avec une diction réjouissante : « This is the story of a girl called MM / (...) She was so pretty, young and terribly blond», « sex bomb », « symbol of love », « only diamonds and Chanel number five », « Marilyn loves with the Number One Man / (...) Sings it him, for not the CIA /  Miss MM, je t’aime ».

Après cette chanson, à la manière et avec les intonations de Marilyn en représentation publique, donc sexy et charmeuse, elle demande (ce dialogue variant sensiblement d’un soir à l’autre) : «  Okaayy, is there somebody have his birthday tonight ? No ? »

Marilyn France se penche en direction d’un spectateur (différent chaque soir), assis à l’une des tables situés près de la scène : « Hello ! Hey you ! Ca va bien ? What’s your name, comment tu t’appelles ? Is it your birthday tonight ? C’est ton anniversaire ? C’est vrai ? OK, baby, I’m singing for you, moi chanter pour toi. » Puis elle se remet debout sur scène devant le micro.

Elle entonne a cappella, exactement comme Marilyn à l’attention de John Fitzgerald K., les mots « Happy birthday to you / Happy birthday to you / Happy birthday to you, mister presid… / Happy birthday to youuuu, yeah! ».

Ensuite, Marie France interprète une ode inédite à elle-même, euphorisante et bon esprit, parolée par le Manfred. Là aussi, musicalement, on est dans l’esprit de l’introduction de “L’amour avec des gants”. Soit une ambiance pétillante avec grand orchestre, cuivres et glamour swing :

« Je suis la troisième M
Celle qui aime les “je t’aime”
Jamais lassée de l’amour
Amoureuse pour toujours

Mais on ne naît pas femme
Dit-elle, on le devient
Et j’ai allumé la flamme
D’un fabuleux destin

Marie de la France
Marie de la chance (wouh !)
Cela me met en transe
D’être pour vous Marie France

Mais pour vous, mes amis
Je resterai Marie
La plus Mugler des Marie,
Des Marie de Paris

Marie de Paris ! »


Ce troisième et dernier titre est, en quelque sorte, une carte de visite chantée de sa propre vie. C’est-à-dire une femme née pour être sur scène, jouer la comédie, faire l’actrice, enregistrer des disques et donner de nombreux concerts. Avec un feeling rock’n’roll inné, y compris lorsqu’il s’agit de disques ou de spectacles acoustiques.

Dans le même état d’esprit, Marie France pose en Marilyn Monroe dans le n°8 (hiver 2014/2015) de “Candy” (2). Douze pleines pages alternant photos couleurs et noir & blanc. Cette séance photo a été réalisée près de Paris en septembre 2014 par Sofia Sanchez et Mauro Mongiello.

Il s’agit des meilleures et plus belles photos de Marie France lorsqu’elle incarne Marilyn. C’est-à-dire quand elle est au service et dans le rôle d’un personnage (ici, Marilyn), et qu’elle ne chante pas son propre répertoire.

Marie France a posé pour ces photos en n’ayant nullement l’intention de se prendre pour Marilyn. Tout comme pour sa prestation dans les “Mugler Follies”, c’est avant tout une salutation-hommage à cette actrice-chanteuse américaine. Et à travers cela, Marie France exerce son art, avec subtilité, raffinement, classe et espièglerie.

Cette séance est aussi un gros clin d’œil, voulu et assumé, aux photos de la Monroe prises par Bert Stern en 1962.

En avril 2015, Marie France enregistrera en Belgique de nouveaux titres originaux écrits en français par Jacques Duvall pour elle. Dans une optique intimiste, Chris Cerri l’accompagnera au piano, avec Benjamin Schoos à la réalisation (et quelques autres instruments de-ci, de là).

Le 33 tours (fichiers numériques en prime) sortira chez Freaksville, normalement en juin 2015. Des concerts, notamment à Paris, seraient (et seront) la suite logique espérée par celles et ceux qui suivent avec intérêt son parcours artistique.

« Vous préférez Marie France ou Marilyn ? »,
demandait-elle lors du spectacle “Marie France et ses passions” (avec la troupe Paris Secret) le 1er mai 2008 à la Foire de Paris. Une manière, toujours valable en 2015, de rappeler de façon discrète et dans la bonne humeur qu’elle n’est pas “que” Marilyn Monroe (et Marlene Dietrich) sur scène et sur disque. Et qu’elle est d’abord et avant tout Marie France, tout simplement.

François Guibert
(8 février 2015)


(1) : Environ vingt-cinq tableaux composent ce spectacle d’une heure quarante-cinq.

(2) : luxueux magazine espagnol à vocation internationale et tiré à 1 500 exemplaires.

Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Ven 25 Sep - 18:02




Page spéciale inédite

« Nouvel album cabaret intimiste de MARIE FRANCE en 2016 »


en ligne sur ce lien à copier-coller :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE--d--nouvel-album-cabaret-intimiste-en-2016-chez-Freaksville--k1-avec-JACQUES-DUVALL-aux-textes%2C-CHRIS-CERRI-au-piano%2C-BENJAMIN-SCHOOS-a-la-realisation-k2--.-.htm


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





MARIE FRANCE
Un album cabaret et intimiste en 2016


« Ce qui m’a mis sur les rails de la vie, c’est quand même Jacques Duvall avec la chanson. Avec Freaksville, il n’y a pas de nostalgie, on avance, on crée, on fonce. Ça, j’adore. Si je ne chante pas, si je ne travaille pas, je m’étiole. Je crois que je suis faite pour être sur scène, pour chanter, jouer la comédie. Je suis faite pour ça et je n’en démords pas. Je n’en démordrai pas. »
© Marie France, dans le film en DVD “Il y avait une fois Freaksville” (2011)

• Erwan Chuberre Saunier : « Tu aurais un message à passer à tes fans, amis, admirateurs ? »
— Marie France : « Je vous aime. Vous êtes ma raison de continuer ce métier. Vous me donnez la force de me battre. Vous me voyez glamour comme ça mais je me bats. Je suis une ouvrière par moments. Je vais au charbon. Merci à vous, je vous aime. J’espère ne jamais vous décevoir et toujours vous avoir près de moi. Merci. »
(15 février 2010, L’Artishow, Paris, dans la web émission “Divas sur canapé”)

« Un grand merci à tous les amis qui sont venus, pour tout l’Amour échangé. Vous me manquez déjà. Merci aux gars derrière moi, quels musiciens ! À chaque concert, je me dis : “C’est inéluctable, je n’arrêterai jamais.” »
© Marie France, 19 mai 2013 sur sa page Facebook, le lendemain de son concert “39 de fièvre” au Réservoir avec Les Fantômes)


Septembre 2015 : nouvelle étape pour Marie France, après l’épopée “Mugler Follies” (1) au Comédia (Paris) du 10 décembre 2013 au 31 janvier 2015. Elle enregistrera ce mois-ci en Belgique son septième album. Sortie annoncée en décembre 2015 ou janvier 2016, chez Freaksville Record.

Ce que l’on sait : il y aura dix chansons. Tous les textes sont de Jacques Duvall. Musiques de Benjamin Schoos, François Bernheim, Arnould Massart, Marc Moulin. Benjamin Schoos assurera la réalisation artistique.

Avec la voix de Marie France, le piano de Chris Cerris sera le deuxième élément principal de ce disque. Une ambiance cabaret, intimiste, feutrée, est annoncée. Quelques instruments, joués par Benjamin Schoos, agrémenteront de-ci de-là les arrangements.

Un mystère plane, c’est bien comme ça, sur le choix des titres qui figureront sur ce 33 tours vinyle (et fichiers mp3 numériques). Marie France interprétera-t-elle quelques morceaux de ses spectacles 2000/2010, jamais gravés sur CD : “La fille au cœur d’or”, “Pourquoi tu m’fous plus des coups”, “Marcello”, “Jack joue avec le feu”, “Rien qu’un ami”, “La fiancée de Frankenstein” ?

De toute façon, il y aura forcément des nouveautés jamais interprétées sur scène, ne serait-ce qu’avec les compositions de Schoos, Massart et Moulin.

Marie France est une chanteuse à l’esprit profondément rock’n’roll. Une “Fujiyama Mama” (© Wanda Jackson) terrible, incroyable, dans ses intonations, son feeling inné. Dans les émotions, joyeuses, mélancoliques, heureuses, qu’elle fait passer aux spectateurs, lors de ses concerts électriques ou acoustiques.

Ça devait être quelque chose, les concerts “39 de fièvre” avec le groupe Bijou au Bataclan (1980) puis au Palace (4 juin 1981). Le 18 mai 2013 au Réservoir (Paris), elle a concrétisé un fantasme absolu, que l’on pensait irréalisable, de dingopsychofans de l’album “39 de fièvre”.

Ce soir-là, elle a interprété en live les quatorze titres de cet album : “Le diable en personne”, “Dis-moi oui”, “Dansons”, “Avec toi”, “Chanson magique”, “Youri”, etc. Tout ! Et dans l’ordre. Set list parfaite et idéale. De “Chez moi à Paris” à “Dynamite”. Avec, au rappel, des bonus : “Déréglée”, “Les nanas”, “Le détecteur de mensonges”. Et “Chez moi à Paris” rejoué une seconde fois de façon prolongée.

Souvenir gravé à vie, ce moment essentiel d’une heure et quart a pu être réalisé grâce aux Fantômes (de chez Freaksville). Ils ont accompagné Marie France ce soir-là sur scène. On peut vivement remercier Jacques Duvall et Benjamin Schoos d’avoir redonné à Marie France l’envie de chanter du rock’n’roll.

Le déclic a eu lieu le 20 décembre 2006 sur la minuscule scène du Klub (Paris). Ce soir-là, Marie France a chanté “Daisy” et “Déréglée” accompagnée par les Phantom (futurs Fantômes). C’était leur première rencontre : gros flash réciproque entre ce groupe et notre miss France.

En découleront deux albums : d’abord, “Phantom feat. Marie France”, disque inspiré, dingue et énegrique. “Album de l’année” pour Jean-William Thoury dans la rétrospective 2008 de “Rock&Folk”.

Puis le tout aussi fabuleux “Kiss” (2012), disque méconnu, rarement évoqué (à tort) sur l’internet. Un CD rock tendance punky, rugueux et déjanté, mâtiné de sons blues et garage. Il contient de brillantes chansons : “Le détecteur de mensonges”, “Le bon, la brute et le truand”, “Dieu pardonne” ou “Yallo Kibou”, “Trop de boucan”. Comme toujours avec le parolier Duvall, les thématiques sur l’amour sont traitées sous des angles surprenants et inattendus.

Aussi belle soit-elle, la ballade “Un garçon qui pleure” aurait mérité une interprétation studio de Marie France en chant 100 % solo, sans Chrissie Hynde.

Comme le déclare Jacques Duvall (2) : « Marie France peut tout chanter. Dans le rock, il y a quelque chose d’animal, une espèce de magnétisme qu’elle a en elle. Pour moi, c’est “la” chanteuse rock : il y a Johnny Hallyday et Marie France, voilà. »

Elle demeure tout aussi rock’n’roll lorsqu’elle interprète des ballades et qu’elle donne des concerts en acoustique. Ce sont les mêmes sensations, intactes, magiques, essentielles, qu’elle fait passer aux spectateurs (et auditeurs de ses disques) que lors de ses concerts avec Les Fantômes.

D’accord, elle est une égérie des années Palace, des nuits parisiennes des années 1970/1980, etc. Mais la vérité de Marie France se trouve ailleurs : dans ses albums (et 45 tours) ainsi que ses concerts. Elle est d’abord artiste, chanteuse, femme de scène et de disques.

Trois ans après “Kiss”, il est évident que Marie France mettra toute son âme et ses émotions les plus intimes dans l’interprétation de ses nouvelles chansons.

Fille unique au cœur d’or et généreuse, Marie France pourra toujours compter sur le soutien sincère, indéfectible, et la fidélité de ses fans en Île-de-France et d’ailleurs. En attendant de la revoir en concert à Paris très régulièrement, au fil des mois et années à venir.

François Guibert
(30 août 2015)


(1) : Marie France s’est produite dans ce spectacle quatre à six soirs par semaine. Elle rendait hommage à Marlene Dietrich (“Where Have All The Flowers Gone?”), Marilyn Monroe. Elle faisait aussi un clin d’œil, le temps d’une chanson, à son propre parcours artistique.

(2) : dans un reportage au journal télévisé de France 3 Île-de-France diffusé le 30 mai 2008.


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Dim 8 Mai - 22:33




Nouvelle page spéciale

« Chronique de l'album live “SOS Marie France !”

de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES spécial “39 de fièvre”

+ concert “Good Luck Universe!”

de BENJAMIN SCHOOS & LES LOVED DRONES

le 8 mars 2016 à LA MAROQUINERIE (Paris) »

en ligne sur ce lien :
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Album-live--g-SOS-Marie-France--ar--g---k1-special--g-39-de-fievre-k2--de-MARIE-FRANCE-ET-LES-FANTOMES-%2B-Concert-Freaksville-de-BENJAMIN-SCHOOS-%26-LES-LOVED-DRONES--k1--g-Good-Luck-Universe-ar--g--k2--le-8-mars-2016-a-LA-MAROQUINERIE--k1-Paris-k2---d--chronique-.-.htm





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••






Chronique de l’album

“SOS Marie France !” (2016)

de MARIE FRANCE & LES FANTÔMES

+ l’album “Good Luck Universe !” (2016)

et concert le 8 mars 2016 à La Maroquinerie (Paris)

de BENJAMIN SCHOOS & THE LOVED DRONES :


“Marie, reviens ! Les rocks les plus terribles” : tel pourrait être le sous-titre clin d’œil de l’album live officiel “SOS Marie France !”. Paru le 8 avril 2016 uniquement en mp3, il est doté d’un puissant son stéréo.

Il a été enregistré le 11 mai 2013 à SOS Recording (studio/salle de concerts) à Ans (Belgique). On peut le considérer comme le témoignage du dernier concert parisien à ce jour de Marie France. Car il s’agit du même spectacle présenté sept jours plus tard à Paris, le 18 mai 2013 au Réservoir.

Il est axé autour de l’album chef-d’œuvre “39 de fièvre”. Ce disque de 1981 a été enregistré avec, outre Philippe Guyot (basse), trois Bijou : Vincent Palmer (guitare, parfois basse et orgue), Dynamite Yan (batterie) et Jean-William Thoury (parolier, réalisateur).

Les Fantômes rejouent avec brio tous ces rock’n’roll mythiques issus du disque phare n°1 de Marie France : “Le diable en personne”, “Chanson magique”, “Dansons”, “Dis-moi oui”, etc.

« Aucune prise n'a été refaite. C'est du 100 % live, mixé trois ans plus tard par Sabino Orsini (East View Studio),
explique Benjamin Schoos du label Freaksville. C'était la première fois que nous jouions ensemble ces classiques du rock en mode yé-yé rock devant un public. Souvenir ému. »

Comme dans les enregistrements de 1981, Marie France excelle en tant que chanteuse rock’n’roll volcanique. Intonations rageuses, voix allant dans l’aigu puis le grave (ou vice versa). Son charisme vocal, tout en sensualité et électricité, de Fujiyama Mama est évident. Qu’elle chante des titres rapides, l’orageux “39 de fièvre” ou le slow sixties “Trop tard” (musique de Palmer), elle y met son feeling frondeur, sauvage, chaud, joyeux et survolté.

En chantant en version française sixties ces standards anglais ou américains, Marie France fait claquer, swinguer et rock’n’roller les mots. Il y a aussi des originaux aux textes écrits par Jean-William Thoury : “Trop tard”, “Comme les autres” et “Chez moi à Paris”, hymne éternel de Marie France. Ce titre lui va comme un gant. Elle reste à jamais une Parisienne flashante, libre, indépendante et mutine.

Auteur de textes à l’humeur rock, Jean-William Thoury a aussi transformé “Lucille” de Little Richard en “Youri”. Il sait retranscrire de façon simple, claire, attrayante des histoires (grandes ou petites) du quotidien de rockers : amour, concerts, virées, sorties, liberté, guitares, fiancées, fureur de vivre, énergie, camaraderie, concerts, musique, motobylettes géantes, insouciance, rébellion, etc. Tout en évitant à chaque vers les banalités textuelles et les clichés que cet univers peut engendrer dans la réalité.

Jean-William est par ailleurs un réalisateur chevronné, sous l’influence artistique (et revendiquée) de Phil Spector. Sa méthode de travail pour les disques de Bijou 1977/1981 comme pour “39 de fièvre” : mettre tous les instruments ainsi que la voix au même niveau, à fond mais de façon équilibrée et orfèvrée.

Les guitares sont jouées par Jampur Fraize (très pub rock, Wilko Johnson, garage, Cramps) et Marc Wathieu. Dans le jeu de ce dernier, on sent sa culture pop mélodique sixties qu’il habille d’un son bien électrique.

Les Fantômes le savent à l’avance : inutile de tenter de reproduire à l’identique et au détail près les fantastiques guitares, rythmiques ou solo, enregistrées par Palmer. Comme l’explique Benjamin Schoos, « Marc Wathieu s'est occupé de diriger les répétitions. Il a soigné les orchestrations en gardant l'esprit de l'album “39 de fièvre” mais sans dénaturer le son des Fantômes (ex-Phantom). » Résultat : un savant mix inspiré des fulgurances gravées à vie de Palmer et l’excellent jeu garage rock du Freaksville sound.

Marc Bouille refait les chœurs des frères Georges et Michel Costa, l’un des éléments clefs de la réussite du disque studio.

Lors du gig à Paname, les quatorze titres de ce 33 tours ont été rejoués dans l’ordre établi avec minutie en 1981 par Jean-William Thoury, de “Chez moi à Paris” à “Dynamite”. En rappel-bonus : “Le détecteur de mensonges” (de l’album “Kiss”, 2012), “Déréglée” et, à nouveau mais dans une version rallongée, “Chez moi…”.

Dans “SOS Marie France !”, c’est le chamboule-tout au niveau setlist. Il manque “Avec toi”, “(La vie me chante) Ouh la la” et “Chéri ce s’ra moi”, titres peut-être pas joués à Ans mais interprétés à Paris. Il a donc fallu rééquilibrer le tout et remanier l’ordre. Tout en y glissant “Le détecteur de mensonges”.

Sur ce live comme dans tous leurs concerts et leurs deux disques studio en commun, Marie France et les Fantômes dégagent une énergie créatrice du tonnerre. Ce groupe belge est une bénédiction pour elle.

Dix ans déjà que Benjamin Schoos, Pascal Schyns (basse), Geoffroy Degand puis Jérôme Danthinne (batterie) & co jouent à ses côtés à intervalles réguliers. Le 20 décembre 2006 au Klub (Paris), ils lui ont redonné l’envie et la possibilité de donner des concerts en formule électrique. Le temps de deux titres revisitées, “Daisy” et Déréglée”. Première rencontre, flash artistique immédiat entre elle & eux. C’était lors du (là aussi) premier concert de Jacques Duvall chanteur.

Quand ils n’accompagnent pas Marie France sur scène ou sur disque, Les Fantômes menés par Benjamin Schoos jouent sous le nom Loved Drones. De façon incompréhensible, les médias alternatifs les classent alors dans la catégorie “krautrock”. Un nom qui fait branché, on comprend pas trop ce que c’est. En fait, c’est un genre musical étrange, bizarre, rebutant, compliqué et fastidieux à écouter. Une sous-division en zone Z du psychédélisme ou de l’effrayante musique progressive.

Alors qu’en fait, les Loved Drones sont un terrible groupe de rock’n’roll à guitares électriques. On l’a écrit dès 2014 : leur précédent album, “The Tangible Effect of Love”, est sans aucun doute le plus invendable du label Freaksville. Les guitares sont mixées en arrière-plan, il y a des ambiances éthérées, etc. Chose également écrite : à l’inverse, ces mêmes morceaux joués live sonnent rock’n’roll en diable. Exactement comme lors des concerts avec Marie France.

En 2016, les Loved Drones sortent “Good Luck Universe !” en 33 tours, mp3 mais pas en CD. Un deuxième album qui reflète parfaitement leurs prestations scéniques (“Nomad”, “Pulse Radar Love”, “Escape From the Terror Drone”). Il est aussi brillant et éclatant que “Femme plastique” (2010), album de sensass’ rock de Miam Monster Miam & les Loved Drones. Et donc, “Good Luck…” représente parfaitement ce que sont les Loved Drones (ou Fantômes) en concert.

Il y a sur ce 33 tours des sonorités psychédéliques (“Canyons”), hindouïstes (“Drone Alone-Crimson Skies”), etc. Mais elles sont discrètes, au fond à droite (et tant mieux), contrebalancées par les guitares, ou transformées en gimmicks synthétiques azimutés. Et durant ces trente-quatre minutes de studio, les guitares et synthés tendance foldingos dominent le tout avec la rythmique échevelée et carrée (Pascal Schyns à la basse, Jérôme Danthinne à la batterie).

Le 8 mars dernier à la Maroquinerie (Paris), les Loved Drones ont présenté ce disque le temps d’un set de trente minutes (avant la tête d’affiche, Kula Shaker, d’où cette courte durée). Avec un joueur de sitar et Man From Uranus (chant perché et onomatopées, synthé), ils ont reproduit cette ambiance rock roll, mâtinée juste ce qu’il faut d’improvisation seventies.

Grand plaisir de revoir en concert le groupe de Marie France. La prochaine fois, l’idéal serait que l’équipée Freaksville et Marie France From Paris soient réunis de nouveau sur une scène de la capitale française.

Car le live “SOS Marie France !” le démontre : Marie France est la reine du rock lorsqu’il s’agit de chanter des morceaux qui bougent et font remuer, taper du pied, claquer des doigts, sautiller, danser. La musique, la chanson, les concerts, le spectacle, les disques, le show, c’est ce pour quoi elle est faite.

François Guibert
(8 mai 2016)


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Un Fan De Marie France
Futures vedettes


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : St-Brice (95) • Paris
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Jeu 18 Aoû - 21:15




Nouvelle page spéciale

« Chronique détaillée de l'album

“MARIE FRANCE chante JACQUES DUVALL”

(Freaksville, 2016) »


sur ce lien à copier-coller :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/Album--g-MARIE-FRANCE-chante-JACQUES-DUVALL-g---k1-realise-par-Benjamin-Schoos-et-Chris-Cerri%2C-Freaksville%2C-2016-k2---d--chronique-detaillee-.-.htm





• Concert “10 ans de Freaksville” le mercredi 23 novembre 2016 à 20h30
Chez Madame Arthur (75 rue des Martyrs) à Paris.

Avec “MARIE FRANCE chante JACQUES DUVALL”
+ PHANTOM Feat. JACQUES DUVALL (jouent l'album “Hantises”).



••••••••••••••••••••





Chronique de l’album
“Marie France chante Jacques Duvall”


(Freaksville, sortie le 30 septembre 2016) :

En 2016, Marie France demeure une fantastique chanteuse de rock’n’roll. Y compris lorsque, comme sur ce nouvel album, il n’y a aucun morceau électrique et quasiment aucune guitare (1).

Dans ce disque honorant son parolier fétiche depuis 1977, elle interprète des chansons à l’ambiance cabaret intimiste. Formule piano & voix, mâtinée de quelques instruments ici et là. Elle enrobe ces dix chansons d’une envoûtante atmosphère, grâce à sa voix chaude, mutine, chaleureuse, et sa personnalité magnétique. Séductrice, elle se régale à jouer de ses charmes vocaux.

Durant trente-cinq minutes, via la plume élégante et subtile de Jacques Duvall, elle raconte de façon romancée sa vie intime en chansons. Avec conviction, elle transmet toutes les émotions amoureuses (blessures et bonheurs) qu’elle a pu ressentir depuis son adolescence. Un parcours riche en rencontres et en histoires.

C’est le disque de Marie France où sa voix est la mieux mise en valeur. Attention : ses précédents albums (2) sont très bien enregistrés. Simplement, “… chante Jacques Duvall” bénéficie des techniques d’enregistrement optimum 2015/2016, sans traficotage vocal via des logiciels. Et l’optique “piano & voix” permet de mettre le chant très en avant sans que l’orchestration ne soit reléguée au fond.

Trois titres composés par Benjamin Schoos figurant sur les CDs “Phantom feat. Marie France” et “Kiss” sont rejoués et rechantés, dans une ambiance plus feutrée.

Ainsi, pour “Bleu”, la percussion rythmique de Geoffroy Degand, le violon de Henri Graetz et la guitare (sur la première version de 2008) laissent la place au piano de Chris Cerri. Marie France chante ces paroles de façon adéquate. C’est-à-dire comme si elle avait le cœur dévasté.

Sur l’album “Kiss” (2012), elle interprète “Un garçon qui pleure” en duo avec Chrissie Hynde, l’une de ses réelles amies depuis la fin des années 1970. Aussi authentique que ce soit ce tandem féminin, l’accent anglais-en-français de la miss Pretenders rebute. Il empêche d’apprécier pleinement le morceau. Cette fois, le texte est chanté d’un bout à l’autre par Marie France. C’est désormais la version de référence, celle qui coule de source.

“Ménage à trois” demeure la ballade qu’elle était lors de sa création en 2008. Les guitares pop sixties originelles en moins, une brise sonore italienne en plus, grâce aux sons de mandoline. On peut la rapprocher de “La villa Borghini” (album “Beau futur” de Benjamin Schoos, 2014).

François Bernheim a composé deux musiques : “C’est Paris” et “Un garçon qui pleure”. Sa griffe : un style pop mélancolique, avec des envolées langoureuses.

“C’est Paris” décrit l’attachement indéfectible de Marie France à la ville lumière. Même si elle n’est pas dupe de l’attitude élitiste des gandins et autres « gus tellement snobs ». Tel ce « ringard qui se pense / L’arbitre des élégances », bien qu’il s’agisse d’une métaphore duvallesque concernant la capitale.

Marie France y a résidé de 1962 à février 2015. Elle y a vécu de grandes histoires d’amour, connu tous les vertiges, fait la fête (“égérie des années Palace”, etc.). Elle y a travaillé sans relâche au sein de revues scéniques (Ange Bleu, Alcazar, “Mugler Follies”) et donné de nombreux concerts.

Le refrain au classicisme mélodique bon teint de “C’est Paris” est dans la tradition de la variété française respectable. Ce n’est pas le cas pour les couplets. On retrouve alors le phrasé irrésistible de celle qui reste à jamais une Parisienne par excellence.

Le bouleversant “Boulevard des rêves brisés”, à l’humeur désespérée, est une adaptation française de “Boulevard of Broken Dreams”. Elle est beaucoup plus poignante que la version tsigane, rèche et déprimante de Marianne Faithfull sur son album “Strange Weather” (1987).

Les sons additionnels d’orgue (ou de synthé) joués par Chris Cerri sur ledit “Boulevard…” renforcent l’impression d’une dérive nocturne tournoyante dans les rues de la capitale. Mêmes sensations lorsque Jean-François Assy intervient au violoncelle sur “À mort l’amour”. Sur son CD “China Man Vs China Girl” (2012), Benjamin Schoos la chante accompagné de nombreuses cordes (violons, violoncelles) et dans des arrangements fastueux. La version de Marie France bénéficie d’un traitement musical minimaliste, tout aussi réussi.

Dès l’an 2000, lors de ses récitals “La fille au cœur d’or” (3), elle interprétait “Marcello” (ici avec une mandoline couplée au piano en guise de gimmick sérénade) et “J’veux cet homme”. Ces enregistrements studio sont plus sophistiqués que les maquettes audio d’époque.

Marie France chante ces paroles dorénavant de manière beaucoup plus souple et enjouée. Tel ce passage : « Il est très recherché / Entre autres par tous les flics de France » dans “J’veux cet homme”. Une chanson gentiment délurée, au refrain cha-cha-cha tendance Gillian Hills, et où Marie France est en pleine parade amoureuse.

“Quand j’embrasse un salaud” propose un texte reflétant parfaitement l’esprit facétieux de Jacques Duvall. Comme pour chaque chanson, il se glisse dans la peau de son interprète. Il en fait de même pour Alain Chamfort, Benjamin Schoos ou Lio.

Et donc là, il fait chanter à Marie France des paroles où elle butine d’un homme à un autre, selon son bon plaisir. Avec ici un penchant déclaré pour les “mauvais garçons”.

Pour “Le cercle rouge”, on ressent les mêmes émotions qu’à l’écoute de”Bleu”. Elle met beaucoup de son vécu amoureux dans l’interprétation de ce texte. Par exemple, lorsqu’elle prononce les mots « le nom d’une autre femme » (entre autres).

Christophe Cerri joue du piano Steinway et de quasiment tous les instruments (clavier, orgue, percussions, basse, hautbois, mellotron). Son jeu pianistique est fluide. Il a une indéniable technique professionnelle mais elle ne prend pas le pas sur le feeling et le plaisir de jouer.

On n’oublie pas le violoncelle de Jean-François Assy (4). Ni le discret jeu de batterie de Jérôme Danthinne sur “Quand j’embrasse un salaud” et “Ménage à trois”.

Christophe Cerri et Benjamin Schoos font un travail phénoménal en matière de production et d’arrangements (et de mixage pour Christophe, avec Gilles Martin). Une réalisation simple en apparence et élaborée. Aucune boursouflure sonore.

L’équipe Freaksville sait comment enregistrer, produire, mixer un disque (de rock’n’roll, de chanson, etc.) pour que le résultat soit percutant. Le son des disques Freaksville est toujours impeccable sans être lisse. Il y a de la vie et de l’excitation dans les réalisations de ce label belge. Avec de vraies chansons, aux textes et musiques solides et inventifs.

François Guibert

(6 août 2016)

(1) : hormis sur “Quand j’embrasse un salaud”, où il y a un euphorique solo électroacoustique de guitare. Dans l’esprit du jeu de Yan Péchin, il est joué par Christophe Cerri.

(2) : “39 de fièvre” (1981), “Marie France” (1997), “Raretés” (2006), “Phantom Feat. Marie France” (2008), “… Visite Bardot” (2009), “Kiss” (2012), le live “SOS Marie France !” (2016).

“39 de fièvre” est un chef-d’œuvre de rock’n’roll conçu avec trois membres du groupe Bijou : Vincent Palmer (guitares, direction musicale, arrangements, quelques sons de basse), Dynamite Yan (batterie) et Jean-William Thoury (parolier, réalisateur, assisté par Paul Scemama). Ainsi qu’avec Philippe Guyot (basse, orgue), Georges & Michel Costa (chœurs).

(3) : avec Valentine Duteil (violoncelle) et Christophe Cravero (piano).

(4) : il a accompagné Alain Bashung sur “La tournée des grands espaces” (2003/2004) et le “Bleu pétrole tour” (2008/2009). Il a également joué aux côtés de Daniel Darc durant ses concerts “La taille de mon âme” (2011/2012, avec le pianiste Rémy Bousseau).


Revenir en haut Aller en bas
http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "MARIE FRANCE visite BARDOT"   Aujourd'hui à 1:55

Revenir en haut Aller en bas
 
"MARIE FRANCE visite BARDOT"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Le courage d'une mere "Marie Laure Picat"
» Brigitte Bardot "Take One"
» Brigitte Bardot "Une Premiere"
» Une nouvelle géante "Marie bistoul"
» Les versions de "Brigitte Bardot", la chanson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES FANS :: Liens-
Sauter vers: